l'antre magique des sorcières
Bienvenue dans l'univers magique des sorcières !
Merci de vous connecter pour voir l'intégralité de nos forums et les nouvelles réponses.


Cinq belles années d'uptime. Merci à tous de votre présence et de votre soutient !
 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion
Bienvenue sur L'Antre Magique des Sorcières
forum d'entraide et communauté neo pagan francophone

Merci de bien vouloir consulter attentivement et mettre en application les règles de la Charte


Retrouvez-nous aussi sur Facebook !
 

 
Découvrez la liste de nos partenaires dans la rubrique prévue à cet effet dans le tiers inférieur du forum.


CURRENT MOON

Partagez | 
 

 L'Histoire Sombre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin Fondateur
Admin
Admin
avatar

Messages : 401
Date d'inscription : 10/07/2009
Localisation : Ile de France

MessageSujet: L'Histoire Sombre   Dim 19 Juil 2009 - 19:19

Voici différent recit traitant l'histoire de la noire dans notre monde !!!!


Les manuels des inquisiteurs

Le Marteau des sorcières ou Malleus Maleficarum , de Henry Institoris et Jacques Sprenger (1485, réédition avec présentation et traduction d'Armand Danet, Plon, 1973).

Rédigé par deux inquisiteurs dominicains, Jacques Sprenger et Henry Institoris, à la requête du pape Innocent VIII, ce manuel est une véritable bible du chasseur de sorcières, qui connut vingt-huit éditions en deux siècles. Cet épais document recense divers points ayant trait à l'existence du diable et aux pouvoirs des sorcières, auxquels il est répondu avec force arguments théologiques. L'ouvrage a une connotation nettement misogyne. Ainsi, les auteurs expliquent que si la femme est davantage attirée que l'homme par la sorcellerie, c'est parce qu'elle est plus crédule et a moins d'expérience que l'homme ; elle est plus curieuse, et son naturel est plus impressionnable ; elle est plus méchante, plus prompte à se venger, et tombe plus vite dans le désespoir ; elle est plus bavarde, et dénonce facilement ses consoeurs... Sa beauté, et jusqu'à sa voix sont des artifices destinés à détourner les hommes du droit chemin : ' Menteuse par nature, elle l'est dans son langage ; elle pique tout en charmant. D'où la voix des femmes est comparée au chant des sirènes, qui par leur douce mélodie attirent ceux qui passent et les tuent. Elles tuent, en effet, car elles vident la bourse, elles enlèvent les forces, elles contraignent à perdre Dieu. ' Dans La Sorcière , paru en 1862, l'historien Jules Michelet commente à sa façon cet ouvrage : ' Le Malleus , qu'on devait porter dans la poche, fut imprimé généralement dans un format rare alors, le petit-18. Il n'eût pas été séant qu'à l'audience, embarrassé, le juge ouvrît sur la table un in-folio . Il pouvait, sans affectation, regarder du coin de l'oeil, et sous la table, fouiller son manuel de sottise. ' Le Marteau des sorcières fut donc, malgré le nombre important de ses pages, le premier livre de poche...

De la démonialité des sorciers, de Jean Bodin (Paris, 1582).

Véritable code pénal des sorcières, ce classique de démonologie connut dix éditions. Pour ce démonologue, les sorcières étaient coupables des quinze crimes parmi lesquels : elles renient Dieu ; adorent le diable ; lui sacrifient leurs enfants ; les consacrent à Satan dès le ventre de la mère ; se nourrissent de chair humaine ; jurent par le nom du démon ; commettent des incestes ; tuent les gens, les font bouillir et les mangent ; font mourir les gens par poison et par sortilèges ; font périr les fruits ; se font les esclaves du diable et copulent avec lui.

La Démonolâtrie , de Nicolas Rémy (1582).

Cet ouvrage fut écrit par le secrétaire du duc Charles III de Lorraine, membre de la cour suprême de Nancy, qui condamna à mort 900 sorcières en quinze ans.

Discours exécrable des sorciers , de Henri Boguet (Lyon, 1602).

Cet ouvrage connut onze éditions et fit longtemps jurisprudence dans les parlements et bailliages de France. L'auteur prononça et ratifia environ 600 sentences contre les sorcières.

Tableau de l'inconstance des mauvais anges et démons, où il est amplement traité des sorciers et de la sorcellerie , de Pierre de Lancre (Paris, 1612, réédition Aubier-Montaigne, 1982).

Juge d'origine basque mandaté par Henri IV, Pierre de Lancre composa cet ouvrage à la suite d'une enquête menée en 1609 et 1610 dans le Labourd (région de Bayonne), qui était au début du XVIIe siècle le pays des sorciers par excellence. On trouve dans l'ouvrage une compilation de témoignages de sorcières obtenus sous la menace. Voici par exemple le récit fait par une certaine Jeannette d'Abadie, habitante de Siboro, âgée de 16 ans, et conduite au sabbat par une sorcière nommée Gratiane : ' Elle y vit le diable en forme d'homme noir et hideux, avec six cornes en la tête, parfois huit, et une grande queue derrière, un visage devant et un autre derrière la tête, comme on peint le dieu Janus, que ladite Gratiane l'ayant présentée, reçut une grande poignée d'or en récompense, puis la fit renoncer et renier son Créateur, la Sainte Vierge, les saints, le baptême, père, mère, parents, le ciel, la terre et tout ce qui est au monde, laquelle renonciation elle lui faisait renouveler toutes les fois qu'elle allait au sabbat, puis elle l'allait baiser au derrière ; que le diable lui baisait souvent son visage, puis son nombril, puis son membre, puis son derrière ; qu'elle a vu souvent baptiser des enfants au sabbat, qu'elle nous expliqua être des enfants de sorcières et non autres... Pour l'accouplement, qu'elle a vu tout le monde se mêler incestueusement et contre tout ordre de nature, s'accusant elle-même d'avoir été dépucelée par Satan et connu une infinité de fois un sien parent et autres qui l'en daignaient semondre [commander] ; qu'elle fuyait l'accouplement du diable, à cause qu'ayant son membre fait en écailles, il fait souffrir une extrême douleur ; outre que sa semence est extrêmement froide, si bien qu'elle n'engrosse jamais, ni celle des autres hommes au sabbat, bien qu'elle soit naturelle ; que, hors du sabbat, elle ne fit jamais faute, mais que dans le sabbat elle avait un merveilleux plaisir en ces accouplements. '

Manuel d'exorcismes de l'Eglise , (1626, réédité par Roger Raziel, Ed. Communication Prestige, 1995).

Ce manuel livre l'édition originale des principaux exorcismes de l'Eglise catholique romaine.

Liste authentique des religieuses et séculières possédées, obsédées, maléficiées, le nom de leurs démons, le lieu de leur résidence, avec les signes de leurs sorties (1634).

Ce compte rendu des exorcismes liés à l'affaire du couvent de Loudun, décrit la façon dont les possédées étaient délivrées de leurs démons (voir page 71) . Voici ce qui concerne la soeur Jeanne des Anges : ' La soeur Jeanne des Anges a été possédée par sept diables, dont trois furent chassés le samedi 20 mai 1634 et firent, pour signe de leur sortie, trois ouvertures en son côté droit ; savoir : Asmodée, des Trônes ; Amon, des Puissances ; Grézil, des Trônes ; les quatre autres sont Léviathan, des Séraphins, qui a sa résidence au milieu du front, et a promis pour signe d'y faire une croix de sang ; Béhemoth, des Trônes, qui a sa résidence à l'estomac, et a promis pour signe d'élever la fille à deux pieds de haut ; Balam, des Dominations, qui a sa résidence à la seconde côte du côté droit, et pour signe doit écrire sur la main gauche de la fille son nom qui doit y demeurer toute sa vie ; Isaacaron, des Puissances, a sa résidence sous la dernière côte du côté droit et pour signe a promis de fendre le gros doigt de la main gauche, autant qu'en emporte l'ongle des deux côtés. '

Confessions et Histoire de Madeleine Bavent, religieuse de Louviers, avec son interrogatoire (Rouen, 1652).

L'affaire des possédées du couvent de Louviers (voir page 71) met en cause le curé Mathurin Picard, accusé d'avoir ensorcelé sept soeurs, dont Madeleine Bavent, soeur Barbe de Saint-Michel et soeur Marie du Saint-Esprit. Ainsi, soeur Barbe était possédée par un démon répondant au nom d'Ausitif. Les exorcistes rapportent que la soeur, ' fille puissante, ramassée, bien colorée, de bonne habitude, grosse et grasse, tomba dans de violentes convulsions, faisant de tout son corps un arc, ayant les doigts des pieds et des mains recourbés en dedans et en dehors. Elle se roula sur le plancher, se mit à péter, et rendit par les parties inférieures toutes sortes d'excréments, tant inutiles que nécessaires. ' Marie du Saint-Esprit, quant à elle, ' se prit à parler de sa petite Madeleine, sa bonne amie, sa mignonne, sa première maîtresse '. Madeleine Bavent avoua, elle, avoir été mariée, lors d'un sabbat, avec le diable Dagon, ' non sans beaucoup souffrir dans la copulation '. Mathurin Picard l'élut princesse de sabbat et commit avec elle le péché de sodomie sur l'autel. Elle décrit les accouchements de quatre sorcières au sabbat, et avoue avoir aidé à égorger les enfants nouveau-nés. Elle ' confessa encore, qu'étant un jour dans la chapelle du monastère de Louviers, Picard la connut charnellement dans ladite chapelle, commettant cette sale action avec des abominations qu'on a horreur d'expliquer ; pendant laquelle exécrable action, un diable, en forme de chat, se présenta à elle ; et le magicien Picard fut souillé honteusement par lui, en même temps qu'il avait sa compagnie charnelle '. Dans ses Confessions , Madeleine Bavent confie : ' Il m'est arrivé, par deux fois, d'avoir rencontré, entrant dans ma cellule, ce maudit chat sur mon lit en une posture la plus lascive qui se puisse dire, et portant tout le semblable des hommes. Il m'effraya, et je pensai à m'échapper : mais un moment il saute sur moi, m'abat violemment sur le lit, et jouit de moi par force, me faisant sentir des tourments étranges. '

Charge contre le sadducéisme moderne ou Sadducismus triumphatus , de Joseph Glanvil (1668).

Ce traité hostile à la sorcellerie fut publié en Angleterre par le recteur de l'église abbatiale de Bath, membre de la Royal Society. Cette Charge connut quatre éditions de 1668 à 1669, puis fut régulièrement réimprimée en 1681, 1683, 1689, 1700 et 1726.

Traité des esprits , de John Beaumont (1705).

Dans ce traité publié en Angleterre, l'auteur, atteint de bourdonnements d'oreilles, explique ' que ce n'est point chose naturelle, mais différente du naturel. Ainsi, c'était par ce tintement que pendant des années je fus averti de tout bruit et rumeur me concernant. '

Les manuels relatifs à la sorcellerie

Les Admirables Secrets d'Albert le Grand suivi de Secrets merveilleux de la magie naturelle et cabalistique du Petit Albert . (1703. Rééditions : Albin Michel, 1996. Belfond, 1997. Editions Bussières, 1997. Editions Trajectoires, 1997).

Ce célèbre recueil de recettes magiques est l'une des références obligées en matière de manuels de sorcellerie. Il est attribué à Albert le Grand, moine dominicain né en Souabe vers 1200, et qui serait l'auteur de ces deux traités de magie noire comportant des recettes de magie pratique basées sur les vertus des herbes, des pierres précieuses ou des animaux. Il contient également un traité de physionomie. Voici l'une de ces recettes, issue du Grand Albert : ' Observez le temps que la lune sera en conjonction avec Mercure si elle se fait un mercredi de printemps, puis vous prendrez un morceau de cuir de peau d'un jeune loup, dont vous ferez deux jarretières sur lesquelles vous écrirez avec votre sang : " Abumalith cades ambulavit in fortudine sibi illius ." Et vous serez étonné de la vitesse avec laquelle vous cheminerez, étant muni de ces jarretières à vos jambes. '

Histoires, disputes et discours des illusions et impostures des diables , de Jean Wier (Genève, 1577. Réédition Belfond, épuisé).

L'occultiste Jean Wier, alias Wierus, disciple d'Agrippa, grand voyageur et amateur de démonologie, publia dans son manuel une Pseudomonarchia daemonum , hiérarchie démoniaque composée de 6 666 légions comportant chacune 6 666 anges déchus, dominés par 72 princes, ducs, marquis, prélats ou comtes, sans compter les ministres et ses ordres honorifiques, avec leurs attributs et leur description physique.

Les traités favorables aux sorcières

Cautio Criminalis , de Friedrich von Spee (sans date, publié sous forme anonyme).

Ce père jésuite fut l'un des rares adversaires des procès en sorcellerie. Il écrit notamment dans son ouvrage : ' Souvent j'ai pensé que la seule raison pour laquelle nous ne sommes pas tous sorciers est que nous n'avons pas tous été torturés. Et il y a de la vérité dans ce qu'un inquisiteur a osé récemment dire, en manière de vantardise, à savoir que s'il pouvait atteindre le pape, il lui ferait avouer qu'il est, lui aussi, sorcier. '

Essai historique sur la sorcellerie , de Francis Hutchinson (1718).

Cet aumônier anglais, pasteur à la paroisse Saint-Jacques de Saint Edmund's Bury, rendit visite à la dernière sorcière anglaise, Jane Wenham, accusée de prendre la forme d'un chat pour terroriser ses victimes, condamnée puis graciée par son juge qui avait des doutes sur sa culpabilité. Hutchinson explique : ' J'ai très grande assurance qu'elle est femme pieuse et sobre... Je crois vraiment qu'aucun de mes lecteurs ne peut seulement imaginer que puisse tomber sur lui une tempête comme celle qui la frappa, s'il avait eu le malheur d'être pauvre et de rencontrer de telles traverses, dans une paroisse barbare comme celle où elle vécut. ' Il conclut : ' J'ai montré simplement qu'accuser, et persécuter, et pendre, en ce cas, ne guérit pas mais augmente le mal ; et pour un peuple entier, être dans un tel état, c'est être frappé d'une très grande calamité. ' Quant à Jane Wenham, elle s'éteignit en 1730.

* Edouard Brasey, spécialiste des contes et légendes et du monde du merveilleux est l'auteur de Fées et Elfes , de Sorcières et Démons (Pygmalion), de La Cuisine des fées et des sorcières (Editions de l'Envol). Son site internet : ebrasey@hotmail. Com

Les Vosges, région de tous les maléfices

Située à un carrefour de l'Europe de la Renaissance, cette partie du duché de Lorraine subit de multiples influences, empruntant à l'Italie, à l'Alsace, à l'Europe centrale. Mais aussi au monde de la mine et au travail de la forge...

Par Jean-Claude Diedler*

De son propre aveu, Nicolas Rémy, adversaire déclaré et redouté des sorcières, reconnaît avoir fait exécuter 800 adeptes de Satan entre 1580 et 1596. Depuis 1591, Nicolas Rémy est procureur général de Lorraine. Entre 1544 et 1634, ce duché, sur le point de perdre son indépendance, est touché par une vague de procès en sorcellerie d'une ampleur exceptionnelle : environ 2 700 affaires sont traitées. Rien que pour le sud de la région - pour schématiser, l'actuel département des Vosges -, 800 affaires sont instruites entre 1580 et 1630. Car c'est dans ces vallées que la répression atteint son paroxysme. Reste à comprendre pourquoi là et à cette époque ?

De tels chiffres traduisent l'anxiété des justices laïque et ecclésiastique de Saint-Dié. Leurs pouvoirs sont alors remis en question par l'instauration de l'Etat ducal, qui contrôle de plus en plus les justices seigneuriales. De son côté, la population craint une contagion qui paraît aussi incontrôlable que les épidémies qui ont touché la région récemment. Des pratiques magiques venues de l'Europe entière convergent en effet vers la vallée de la Meurthe. La violence semble la seule réponse possible à la peur. Les communautés rurales en généralisent le principe.


Dernière édition par Clothik le Dim 19 Juil 2009 - 19:29, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://thewitcheslair53.forumactif.org
Admin Fondateur
Admin
Admin
avatar

Messages : 401
Date d'inscription : 10/07/2009
Localisation : Ile de France

MessageSujet: Re: L'Histoire Sombre   Dim 19 Juil 2009 - 19:23

Les angoisses sont-elles plus oppressantes qu'ailleurs ? Ou les pratiques magiques plus redoutables ? Dans d'autres régions, les descriptions fournies par les accusés, au cours des procès, sont souvent stéréotypées. A l'inverse, sorcières et sorciers vosgiens évoquent des pratiques originales qui permettent de comprendre que les vallées de la Meurthe et des rivières adjacentes soient devenues un carrefour européen de la sorcellerie. Leurs récits rappellent surtout les vieux rites agraires interdits par l'Eglise, au VIIe siècle, lors des conciles de Tours.

Ainsi, le 27 juin 1616, un certain Paul Pierrel passe des aveux devant la justice - qui est alors rendue par le maire du village et ses adjoints, et peut donner lieu à tous les règlements de compte imaginables. Il est soupçonné de vol et de vagabondage. L'accusé est le fils d'un charbonnier des forges de Grandfontaine, au pied du Donon, le sommet des Vosges, sur la route de Saint-Dié à Strasbourg. Il se dit soldat mais c'est probablement faux. Sa vie errante lui a cependant permis d'être en contact avec les pratiques magiques qui courent les campagnes à son époque. Devant ses juges Paul Pierrel explique comment invoquer les démons, ces génies protecteurs attachés à chaque individu : ' Un nommé Malgrais du ban [seigneurie] de la Roche m'a appris une autre invention pour être heureux dans la vie. Il faut prendre un bassin d'airain et une épée et aller dans un bois, à minuit, le soir de la Saint-Jean. Rendu sur place, il faut tracer un cercle sur le sol avec la pointe de l'épée puis se coucher au milieu avec le bassin sur la tête. Une fois allongé, le visage tourné vers le ciel, on doit invoquer les esprits infernaux. Au bout de quelques instants, ils viendront pour donner à celui qui les appelle toutes sortes de recettes lui permettant de réaliser ses voeux. Ce peut être épouser une femme riche, gagner au jeu ou aussi charmer les armes afin de les empêcher de blesser. ' Les recettes magiques de Paul Pierrel n'ont pas été retenues comme des actes de sorcellerie. Elles ne visent pas à porter préjudice à autrui mais seulement à aider la chance. Elles sont donc acceptées et fréquemment utilisées par les communautés rurales. Ce qui n'est pas le cas partout.

Ainsi, en Dordogne, les aveux de Jeanne Bosdeau, une jeune femme de Salagnac, vont la conduire au bûcher. En 1594, elle raconte, devant la chambre criminelle du Parlement de Bordeaux, ' qu'en son jeune âge, un Italien l'avait débauchée, et amenée la veille de Saint-Jean sur la minuit dans un champ. Là, avec une verge de houx, il fit un grand cercle, marmottant quelques paroles qu'il lisait dans un livre noir. Sur quoi, survint un bouc grand et cornu, tout noir, accompagné de deux femmes, et suivi tout aussitôt par un homme habillé en prêtre. Le bouc s'étant enquis auprès de l'Italien qui était cette fille, celui-ci lui répondit qu'il l'avait amenée pour être des siennes. Le bouc lui fit faire un signe de la croix de la main gauche puis commanda à tous de le venir saluer. Ce qu'ils firent, lui baisant le derrière. Le bouc avait entre les deux cornes une chandelle noire allumée à laquelle les autres allaient allumer les leurs. Et lorsqu'ils l'adoraient, on jetait dans un bassin de l'argent '. La suite de ses aveux évoque un sabbat, c'est-à-dire une assemblée diabolique.

Pourtant de nombreux éléments sont communs aux deux récits : l'époque, la présence d'un bassin, le cercle tracé sur le sol qui favorise l'apparition des démons. Mais l'erreur de Jeanne est d'avoir confondu les démons avec le diable et ses suppôts. L'époque ne peut que l'y pousser. Au XVIe siècle, sous l'influence de l'Eglise, le mot ' dimon ' désigne d'abord les esprits inférieurs et mauvais. En revanche, elle ne se trompe pas en donnant la nationalité de son séducteur. La représentation du diable sous l'apparence d'un bouc a été forgée en Italie.

A la fin du XVIe siècle, la ville de Bruyères, dans la vallée de la Vologne, abrite des guérisseuses. L'une d'elles, Claudette Clauchepied raconte comment se déroulent les sabbats. Elle aussi voit une assemblée de sorciers venir saluer le diable. Elle assure que les festivités se terminent toujours à l'heure où le coq chante. C'est également le chant du coq qui met fin aux danses des sorcières, pendant la nuit de Walpurgis, liée aux fêtes de Pâques, du 30 avril au 1er mai. Leurs cris et leurs chants retentissent alors au Blocksberg, une hauteur du Bade-Wurtemberg. Le chant du coq, animal solaire, est supposé délivrer les essences nocturnes du mal.

Le procès de Claudette Clauchepied, en 1601, dévoile un ensemble de pratiques de guérison extrêmement riche. Il est vrai que la guérisseuse est une grande voyageuse. Elle est allée en Alsace, a vécu à Sainte-Marie-aux-Mines, a également travaillé à Giromagny, chez un patron de mine, Claude le Lorrain. Elle prétend même avoir soigné le comte de Montbéliard, Frédéric de Wurtemberg, ensorcelé par l'un de ses voisins. Interrogée à propos de l'une de ses interventions de guérisseuse, elle raconte : ' Au bout d'un moment, j'ai relevé la tête et je lui ai dit : "Dame Jacquette, c'est un mal donné par un sorcier." Elle m'a alors demandé de qui provenait cette maladie et si je connaissais quelque remède pour la guérir. Je lui ai répondu que oui, parce que Dieu a donné le pouvoir de guérir à ceux ou celles qui, comme moi, sont nés le jour du Vendredi saint et qui ont été baptisées au moment de la lecture de la Passion. ' Ces personnes peuvent guérir leurs semblables en chassant les démons mauvais.

Ce rapprochement entre des pouvoirs surnaturels et une naissance particulière se retrouve dans toute l'Europe. En Italie, les benandanti [ceux qui avancent pour le bien] du Frioul ont cette faculté. Ils sont nés coiffés du placenta. Dans cette région du nord-est de la péninsule, on nomme ainsi tous ceux qui, pour préserver leurs semblables, livrent des batailles nocturnes contre des démons, les malandanti . En 1575, un villageois raconte qu'il est benandante . ' La nuit du jeudi au vendredi, dit-il, les benandanti ont l'habitude de se rassembler pour faire la noce, manger et boire. A leur retour les malandanti descendent boire dans les caves et puis pisser dans les tonneaux. ' La nuit du jeudi au vendredi est traditionnellement réservée au sabbat. Ces malandanti qui fréquentent les caves sont des esprits souterrains. Par ailleurs, leur conduite rappelle celle des sorciers des montagnes du Valais. Les démons nocturnes sont souvent des morts qui n'ont pas pu trouver le repos. Si on ne peut pas les combattre, il faut se les concilier en leur faisant des offrandes. En 1319, un sacristain ariégeois affirme déjà qu'il a le pouvoir de voir les âmes et de leur parler : ' Même si les âmes des morts ne mangent pas, dit-il, elles boivent du bon vin et se réchauffent devant le feu quand elles trouvent une maison avec beaucoup de bois. ' En 1580, le récit que fait Jean de Blémont à un chanoine de Saint-Dié montre que de telles représentations ont atteint la vallée de la Meurthe : ' La veille au soir, avec mes amis je me suis attardé à boire sur le mont, à côté de la croix. Nous avions pris un cruchon plein de vin et le reste d'un rôti de mouton. Au bout d'un moment, nous nous sommes rendus au cimetière entre les deux églises. Nous voulions dire bonsoir à nos pères et boire aux trépassés. Nous avons béni nos pères et chacun de nous a dit : "Pères, je bois à votre santé, donnez-moi raison." A cet effet, nous avons versé sur la fosse de nos pères un peu du vin contenu dans le cruchon de terre. '

La répression de la sorcellerie est apparue avec l'hérésie vaudoise au début du XVe siècle. Les vaudois s'étaient réfugiés dans les vallées alpestres du Briançonnais. La contagion est remontée vers le nord, suivie par la répression. Elle a gagné les évêchés de Bâle et de Trèves, la principauté de Montbéliard, la Franche-Comté, les cantons suisses de Fribourg et de Neuchâtel, le pays de Vaud et Genève. Puis après avoir traversé l'Atlantique, elle est venue mourir à Salem dans le Massachusetts, en 1692-1693 (voir p. 62).

Située à la croisée de plusieurs axes majeurs, la vallée de la Meurthe se trouve sur une zone de passage, à un carrefour européen. Les mythes et les pratiques magiques empruntent les cols vosgiens et convergent pour se fixer sur les noeuds de circulation. Les nombreuses auberges qui jalonnent les chemins assurent leur diffusion. Ainsi en 1608, un laboureur de Mandray, près de Saint-Dié, bavarde un soir de Carême dans une hôtellerie du Vieux Marché : ' Il n'y a pas assez d'un Dieu, dit-il. Il devrait y en avoir au moins autant que des diables. On en jouirait sûrement mieux. ' Lors de son interrogatoire, il tente de se justifier en disant qu'il était ivre. Il ajoute ' que l'on dit qu'il y a tant de sorciers et de méchantes gens. S'il avait plu à Dieu de permettre qu'il n'y ait qu'un diable, il ne serait peut-être pas arrivé tant de maux au monde '. Sa réponse montre la confusion et la perturbation des esprits.

Toutes ces vallées donnent accès aux mines de fer du Framont et de Grandfontaine dans le massif du Donon. Paul Pierrel est le fils d'un charbonnier qui travaille aux forges de Grandfontaine. Malgrais, son informateur, est originaire du ban de la Roche. On sait que la vallée de la Bruche et la région de Schirmeck connaissent une activité minière et métallurgique importante. Cette vallée communique directement avec celle de la Meurthe par le col de Saales. De son côté, Claudette Clauchepied a vécu à Sainte-Marie-aux-Mines. Elle est aussi allée travailler dans les mines de Giromagny chez Claude le Lorrain. La Lorraine porte loin ses techniques d'extraction et la réputation de ses mineurs. Cette profession colporte les récits de sorcellerie et les pratiques magiques dans toute la région.

Le duc de Lorraine développant l'extraction de l'argent dans son duché, nombre de travailleurs des mines affluent dans la région. Au XVIIe siècle, les mineurs venus de Saxe importent l'imaginaire d'Europe centrale. De leur côté, les Italiens, employés dans les mines du Briançonnais, divulguent la sorcellerie méditerranéenne quand ils viennent en Franche-Comté.

Mineurs et forgerons sont des personnages souterrains par excellence, rattachés par beaucoup de leurs aspects aux vieux cultes de la fécondité. Les nains des contes sont souvent des mineurs. Dans l'imaginaire des peuples scandinaves et germano-nordiques, et plus largement dans la culture médiévale occidentale, ils représentent les esprits des morts. Ceux-ci hantent les forêts et les montagnes. Gardiens de fabuleux trésors, ils peuvent utiliser leurs richesses pour adoucir l'existence des humains. On ne fait rien de moins dans les mines d'argent du duc de Lorraine.

Les travailleurs du fer sont aussi les assistants de la divinité créatrice. Ils forgent des armes en domestiquant la foudre et le tonnerre. Ces deux forces symbolisent une activité céleste, réservée aux dieux. L'épée de Paul Pierrel rappelle le lien entre la Terre et l'au-delà. La verge de houx de Jeanne Bosdeau ne fait pas exception. Elle sent aussi le soufre, puisqu'elle est fabriquée avec le bois d'un arbre diabolique. Pourtant, la participation des hommes du feu à l'oeuvre cosmogonique comporte un danger grave. C'est celui de l'absence de qualification des humains. Comme le diable, ils ne feront alors que parodier une activité défendue. Par ailleurs, le métal est extrait des entrailles de la terre, la mine et la forge sont en relation avec le feu souterrain. L'activité du forgeron ou du mineur s'apparente donc à la magie et à la sorcellerie. Leur travail est toujours entouré de rites de purification, d'interdits sexuels ou d'exorcismes. Voilà pourquoi ce sont souvent des monstres qui revêtent un aspect redoutable et infernal. Comme Paul Pierrel, ils sont plus ou moins exclus de la société.
Revenir en haut Aller en bas
http://thewitcheslair53.forumactif.org
Shams[h]iel
Ami(e) des Plantes
Ami(e) des Plantes
avatar

Messages : 30
Date d'inscription : 08/11/2011
Localisation : Paris/Lyon

MessageSujet: Re: L'Histoire Sombre   Jeu 10 Nov 2011 - 21:27

wouaouh! c'est long mais j'avoue c'est super intéressant!!!
Revenir en haut Aller en bas
http://shamsiel.wordpress.com/
Clem'
Ami(e) de la Forêt
Ami(e) de la Forêt
avatar

Messages : 119
Date d'inscription : 15/09/2012
Localisation : Normandie

MessageSujet: Re: L'Histoire Sombre   Dim 18 Nov 2012 - 14:01

Super sujet !
Revenir en haut Aller en bas
MayaLou
Ami(e) de la Forêt
Ami(e) de la Forêt
avatar

Messages : 124
Date d'inscription : 08/11/2012
Localisation : France

MessageSujet: Re: L'Histoire Sombre   Dim 18 Nov 2012 - 16:39

Très intéressant! Merci du partage!


" Etre conscient de son union profonde avec la nature, c'est atteindre la parfaite harmonie. " . Lao Tseu


Revenir en haut Aller en bas
Clem'
Ami(e) de la Forêt
Ami(e) de la Forêt
avatar

Messages : 119
Date d'inscription : 15/09/2012
Localisation : Normandie

MessageSujet: Re: L'Histoire Sombre   Dim 18 Nov 2012 - 20:26

Super sujet et très etoffé en matiere d'exemples
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'Histoire Sombre   Ven 17 Mai 2013 - 0:01

Sujet passionnant!
Reste qu'en France, nous avons la chance d'avoir eu dans l'Histoire des affaires retentissantes;Il ne m'a pas semblé lire l'Affaire des Poisons, sous le règne de Louis XIV:

Des crimes par empoisonnements, mirent à jour, tout un trafic de messes noires, auxquelles des grandes dames de la Cour, dont Mme de Montespan, maîtresse du Roi ayant perdu ses faveurs, aurait prêté son corps dénudé pour accomplir le rituel.

L'abbé GUIBOURG officia et La voisin, sorcière émérite (de son vrai nom: Catherine DESHAYES) organisa des messes dans le plus grand secret, moyennant des sommes rondelettes.Elle fournit aussi des poisons , et ce sont ces derniers qui la perdirent.
-https://fr.wikipedia.org/wiki/Affaire_des_poisons
M. de la REYNIE, Officier de police, enquêta et après moult arrestations, tortures, obtint des aveux::
Extrait: "La Chambre ardente auditionna 442 accusés, ordonna 367 arrestations et prononça contre des comparses secondaires trente-six condamnations à mort, 23 bannissements du royaume et cinq condamnations aux galères"...
Voici un autre extrait pris sur le site Wikipedia, très éloquent:

-https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Voisin

" Extraits d'une lettre de Madame de Sévigné à sa fille en date du Vendredi 23 février 1680 :
« Je ne vous parlerai que de Madame Voisin ; ce ne fut point mercredi, comme je vous l'avais dit, qu'elle fut brûlée, ce ne fut qu'hier. Elle savait son arrêt dès lundi, chose fort extraordinaire. Le soir elle dit à ses gardes : « Quoi ? Nous ne faisons pas médianoche ? » Elle mangea avec eux à minuit, par fantaisie, car ce n'était point jour maigre ; elle but beaucoup de vin, elle chanta vingt chansons à boire. »
(...) « A cinq heures on la lia ; et, avec une torche à la main, elle parut dans le tombereau, habillée de blanc : c'est une sorte d'habit pour être brûlée. Elle était fort rouge, et on voyait qu'elle repoussait le confesseur et le crucifix avec violence.
À Notre-Dame, elle ne voulut jamais prononcer l'amende honorable, et devant l'Hôtel-de-Ville elle se défendit autant qu'elle put pour sortir du tombereau : on l'en tira de force, on la mit sur le bûcher, assise et liée avec du fer. On la couvrit de paille. Elle jura beaucoup. Elle repoussa la paille cinq ou six fois ; mais enfin le feu augmenta, et on l'a perdue de vue, et ses cendres sont en l'air actuellement. Voilà la mort de Madame Voisin, célèbre par ses crimes et son impiété. ».

Le film d'Henri DECOIN, "l'affaire des poisons" est un chef d'oeuvre! (avec Paul MEURISSE dans le rôle de l'Abbé GUIBOURG).

Un rituel de Magie Noire, messe noire exactement existe.
Il est en Latin ("Ritus servendus in celebratione Missae Nigrae") .Y apparaissent les noms des martyrs "Catherine DESHAYES et Etienne GUIBOURG" ("Martyrum tuorum Etiennae Guiborgi et Catherinae Monvoisini"...).
Je tairai donc le reste!

Je rappellerai seulement que la messe noire est une parodie de la messe Latine (Eglise Catholique). C'est une inversion, dans laquelle sont utilisés le ridicule, la fornication, et autre fantasmes, enfin tout ce qui peut pervertir l'Ordre Chrétien, qui était tout puissant.

Satan est une invention.il n'existe pas dans la Bible Hébraïque, ou plus exactement ce mot est le reflet de l'obstacle.Il apparait dans le livre de Job, et incarne un ange de l'Eternel YHWH, rien de moins!
En Hébreu, il se nomme "Shaïtan".

Plus récemment des renaissances d'Eglises de Satan existent aux Etats-Unis:
La plus ancienne fut l'oeuvre d'Anton La VEY, l'auteur de la "Bible satanique", dans lequel , il exprime ses conseils pour réussir un rite efficace.
La création de la "Church of Satan" date de l'année 1966.

De multiples divisions de cette Eglise sont à l'origine de toutes les "obédiences" satanistes là-bas. Wink
Revenir en haut Aller en bas
eywuana



Messages : 2
Date d'inscription : 21/05/2013
Localisation : ille sur tet

MessageSujet: Re: L'Histoire Sombre   Mar 21 Mai 2013 - 16:26

trés bon sujet et trés bien ecrit
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'Histoire Sombre   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'Histoire Sombre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Histoire : la Préhistoire (semaine 1)
» CRPE 2010 : programme d'histoire-géo
» Des soucis en HISTOIRE-GEO-INSTRUCTION CIVIQUE ET MORALE ??? c'est ici !
» mémo sujets histoire geo
» Base 60 (histoire des mathémtatique)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
l'antre magique des sorcières :: Vie Magique et Spirituelle :: Magie :: Théorie :: Magie Noire :: Histoire de la Magie Noire-
Sauter vers: