l'antre magique des sorcières
Bienvenue dans l'univers magique des sorcières !
Merci de vous connecter pour voir l'intégralité de nos forums et les nouvelles réponses.


Cinq belles années d'uptime. Merci à tous de votre présence et de votre soutient !
 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion
Bienvenue sur L'Antre Magique des Sorcières
forum d'entraide et communauté neo pagan francophone

Merci de bien vouloir consulter attentivement et mettre en application les règles de la Charte


Retrouvez-nous aussi sur Facebook !
 

 
Découvrez la liste de nos partenaires dans la rubrique prévue à cet effet dans le tiers inférieur du forum.


CURRENT MOON

Partagez | 
 

 La roue Gauloise

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dorick
Ami(e) de la Forêt
Ami(e) de la Forêt
avatar

Messages : 251
Date d'inscription : 30/11/2011
Localisation : Hirson

MessageSujet: La roue Gauloise   Dim 31 Juil 2016 - 14:52



Artuana Alba

Solstice d’Hiver (21/12) : Lueurs au Cœur de la Nuit



Cette fête marque le début de l’hiver et du temps d’hibernation. Nommée  Artuana Alba  mais aussi Yule, nuit la plus longue, c’est aussi la fête du Soleil invaincu .En son sein, la nuit porte le germe de la Lumière.C’est à partir du Solstice que les jours rallongent. C’est le symbole de la Lumière au cœur des Ténèbres. Le Soleil débute sa grande course cosmique. En fait , ce jour de Lumière est le renouvellement du cycle d’un an, le nouvel An. Dans le Culte Druidique, c’est un véritable appel à la Lumière. Les Rituels sont surtout des rites d’appel au Feu, on y allumait au cœur des cercles de pierres un petit feu, souvent dédiés aux rites solaires, le Feu Sacré à l’image du Soleil naissant dans la Nuit. Au solstice d’Été, alors que le Soleil est dans sa pleine puissance, on allumait un énorme bûcher . On pourrait symboliquement comparer le Solstice d’Hiver à la Vie qui se développe dans la Matrice sombre, le germe qui s’éveille dans la terre ou l’embryon dans l’utérus de la mère. C’est aussi une prise de conscience spirituelle de chacun, qui au cœur de l’hiver porte dans son reclus, dans son isolement, dans son hibernation symbolique, l’espoir du renouveau, une étincelle divine qui commence à embraser l’Être.

Artuana Alba  marque ainsi le temps de l’espoir, le temps d’une régénération de chacun, un temps d’initiation nécessaire à toute évolution .

Dans le mythe celtique, la Déesse donne naissance à un enfant de la Lumière, l’Enfant qui apporte la Lumière au Monde. Le Cycle de la Grande Roue Cosmique est aussi le cycle de vie de cet enfant qui naît au solstice et qui meurt le 1er novembre, plongeant ainsi le monde dans la noirceur.



Ambiuolcaia  

Imbolc (01/02) : La Lumière Latente

Le 1er février est marqué par Ambiuolcaia C’est une fête de la Lumière, car en plein cœur de l’Hivers elle témoigne du rallongement des jours, et de la venue du printemps. C’est une fête qui marque la latence du Renouveau de la vie au printemps.

Dans le milieu paysan, c’était une période où l’on préparait les activités de l’été et où l’on s’apprête à labourer la Terre. C’est la période de la Nouvelle Année (son renouveau) en quelque sorte, mis en parallèle avec Samonios qui marque la fin de l’année et la période de Latence de la vie qu’est l’hiver.

Dans la tradition, c’est la Grande Déesse Bélisama qui domine cette fête ou Brigit en Irlande.

Chez les Celtes, on fêtait Imbolc , Ambiuolcaia en gaulois , le 1er février. . Ce rite, en l’honneur de la déesse Brigid, célébrait la purification et la fertilité au sortir de l’hiver. Il était coutume pour les paysans de choisir un couple dont l’enfant était né le plus près du solstice d’hiver, de les amener dans les champs avec l’enfant , de disposer en cercle autour de la famille des torches et d’invoquer la Déesse pour qu’elle intercède auprès de son fils  et qu’il apporte aux paysans la chaleur nécessaire aux labours. Les paysans priaient la Déesse de purifier la terre avant les semailles. Nous pouvons voir ici la substitution que fera l’Église du rôle de Marie, celle qui donne naissance à celui qui amène la « Lumière au monde’ et son rôle d’intercession auprès de son fils.

Au Ve siècle, le pape Gélase Ier associe ce rite païen de la « fête des chandelles » avec la présentation de Jésus au Temple et la purification de la Vierge. Le clergé romain, voyant les paysans s’adonner à ces rites païens forcèrent la population à se réunir dans l’église du village et remplacèrent les torches par des cierges. Ainsi  Ambiuolcaia  devient par La Chanteleur.

A la Communauté des Druides du Québec, Ambiuolcaia est la fête des femmes et de la Déesse. Le rituel est pris en charge par la prêtresse qui allume le cierge central de l’ autel, puis passe la lumière aux autres femmes qui à leur tour passent la Lumière à leur conjoint ou conjointe. La femme qui apporte la Lumière au Monde. Elle donne au Monde la Lumière en donnant naissance à l’enfant de la Lumière .

Après la cérémonie, il y a dégustation des crêpes bretonnes.

On dit aussi que les crêpes, par leur forme ronde et dorée, rappellent le disque solaire, chaud et réconfortant , évoquant ainsi  le retour du printemps après l’hiver sombre et froid.



Elaris Alba

Équinoxe de printemps (21/03) : Equilibre et Renaissance

Appelé Elaris Alba, cette fête trouve sont équivalent : Pâque dans la tradition judéo chrétienne. Elle marque l’Equilibre entre le jour et la nuit avec la promesse d’une lumière plus grande encore, une lumière Renaissante. Les jours rallongent toujours et prennent le pas sur la nuit.

L’Eau et le Feu sont en équilibre parfait même si le feu va prendre le pas sur l’eau. Ainsi l’Air est l’élément qui prédomine (synthèse du Feu et de l’Eau).La tradition des œufs de Pâques vient de cette symbolique de Renaissance, marquée par la venue au monde de la lumière, de la Vie, tel un œuf qui éclos. L’œuf est aussi le symbole de l’équilibre entre le Dieu et la Déesse, le Soleil et la Lune, avec son jaune et son blanc, qui vont donner la vie.

Dans la Traditions Nordiques, c’est la fête d’Ostara, que l’on retrouve dans l’anglais Easter ou Ostern en allemand (qui signifie les fêtes de pâques) étymologiquement, on y retrouve la Racine du mot « East » , ou bien « Ost » en allemand qui signifient le point cardinal de l’Est, là où justement naît chaque jour le soleil, à l’Aube, Aube qui symbolise cette même fête.

C’est une fête de l’Espoir, le germe de toutes Vies prête à renaître. Ca n’est pas aussi pour rien que Pâques correspond pour les chrétien à la résurrection du Christ, sortant de son tombeau ( symboliquement ,la matrice, la nuit) après une période d’Initiation profonde.

Le Frêne est un symbole de cette fêtes, … Yggdrasil le Frêne cosmique dans la tradition norroise est lui-même un puissant symbole d’initiation, car c’est pendu à ses branche qu’Odin reçoit l’Initiation et la Révélation des Runes.

Dans la démarche évolutive de chacun, c’est une période du cycle annuelle de renaissance de l’énergie positive, qui jaillie après un temps de latence, et qu’il peut être bon de saisir pour soi même renaître et donner de nouvelles impulsion à notre existence, ce sur tous les plans. C’est dans cet esprit que la fêtes de l’Equinoxe était pratiquée chez les druides.

Finalement , c’est la période où l’Enfant de la Lumière atteint l’âge de la raison, le moment où il peut faire la part des choses, ou du moins , il amorce sa vie avec les autres membres de la communauté. Le printemps est la transition de la dépendance vers une maturité individuelle spirituelle et mentale. L’enfant entreprend sa quête  intellectuelle et s’affirme dans la communauté. Plus le Soleil s’approche de la Terre, plus la Vie se déploie avec énergie, plus l’environnement  renaît et se prépare à recevoir les semences.



Belotepnia

(01/05) :le Feu de la Fertilité

Fête centrale dans le culte Avalonien, Belotepnia est la fêtes de l’Union Sacrée du Dieu Cornu et de la Déesse, Cernunnos et Ceridwen. Elle marque l’ascension de la Lumière. Le Feu est l’élément qui domine Beltane, avec l’air.

Traditionnellement, Les Feux de Beltane y étaient allumés, Deux feux, entre lesquels les participants et plus souvent les couples, passaient. La bétail aussi par ailleurs pour y être béni. Cette cérémonie présidée par les Druides et les Prêtresses était aussi l’occasion d’Oracles et de Bénédiction de la Terre pour que les récoltes soient fructueuses et la saison prospère. C’est aussi en ce sens une fête de fertilité symbole de l’union du Dieu et de la Déesse.

Belotepnia à marqué profondément les légendes. C’est durant cette fêtes que la plupart des héros sont conçus et ceux notamment de la lignée des Pandragon (Mordred notamment) car en effet une prêtresse est choisie pour représentée la déesse, parée d’une couronne de fleurs et notamment d’aubépine, et un homme de sang noble ou royal le plus souvent, ou druide, pour représenter le Dieu Cornu, lui-même portant les bois du Dieu-Cerf. D’une région à l’autres les traditions entourant Beltane ont été très variables. Plus généralement c’est une période où l’on unissait le plus de couples par le mariage ; et aujourd’hui encore par ailleurs.

Des cérémonies en l’honneur du Dieu Bélénos ont aussi lieu, et plus généralement de l’astre du jour à son levé.

Chez les Nordiques, c’est la fête de Balder, le dieu lumineux, de Sol la déesse solaire, mais aussi des Vanes, Frey et Freya, dieux de la fertilité, directement comparables à Ceridwen et Cernunnos.

L’arbre qui domine Beltane est le Bouleau, à l’écorce blanche immaculée, ainsi que l’Aubépine qui symbolise la purification et la protection, suivant des principes féminins.

Dans la continuité du cycle des saisons, Belotepnia marque donc l’Ascension de la Lumière , son Epanouissement après sa renaissance à l’équinoxe, le moment où la Lumière triomphe de la Nuit. Après la léthargie, et la renaissance, on entame une phase d’expansion ( à l’image du feu ), tant sur le plan spirituel et énergétique, que dans la vie quotidienne : la vie agricole reprend, et la floraison de la nature, du feuillage des arbres bat son plein. C’est un temps de croissance sur lequel chacun peut adapter son rythme !

L’Enfant de la Lumière atteint l’adolescence , l’éveil des sens et sa capacité sexuelle.  Ce jeune  homme  est dans une phase de transition qui lui donne la capacité de  perpétuer la Vie et s’éveiller aux plaisirs sensuels. Les fêtes du Mat de Mai témoigne de cette fêtes galante. Voir  notre rubrique  » Nouvelle-France » Ces fêtes étaient dénoncées par le clergé en Nouvelle-France. Ces fêtes celtiques  nous venaient de Bretagne avec la venu de nos ancêtres.



Eruina Alba


Solstice d’Eté (21/06) : Apogée du Soleil

Nommée aussi Eruina Alba, le 21 juin est le jour le plus long de l’année. Il marque l’Apogée de la Lumière, la période la plus prospère de l’année et le début de l’été. Mais s’il porte la Lumière en son plus haut point, c’est aussi le jour où cette dernière commence à décliner.

Dans la tradition druidique, les cercle de pierres marquaient ce jours dans leur positionnement jouant ainsi un rôle de « calendrier » (et pas seulement des solstices) c’est en leur sein que se pratiquaient les Cérémonie de Rites de l’Aubes pour célébrer la venue du jour le plus long.

C’est une fête de justice, de bonté et de vérité, d’illumination, de sagesse, de transcendance spirituelle très intime. C’est un jour aussi de bannissement du négatif.

C’est la Triple Illumination de l’Awen, le principe divin supérieur, manifesté dans les Trois rayons du Triban qui dominent cette journée. D’autres cérémonies enfin sont célébrées au Zénith, au paroxysme de l’ascension du Soleil. C’est une fête de Feu sous sa forme la plus pure qu’est la Lumière.

Cette journée marque donc aussi le jour le plus élevé, énergétiquement parlant. C’est une période d’expansion maximale pour chacun et chaque chose en la Nature. On est arrivé au point le plus haut de notre renouveau, de ce cycle précis et annuel d’évolution.

L’enfant de la Lumière est maintenant Roi . Il est à l’apogée de sa vitalité , le Roi de la lumière nourrit la Terre, les récoltes et il nourrit tout ce qui est vivant. Le Soleil est au Zénith de sa puissance. L’individu est  à l’apogée de sa carrière et de sa vie. C’est le guerrier au zénith de sa profession  et  de sa force physique et intellectuelle.



Lugnasaissatis  


(01/08) : Paix et Prospérité

Littéralement, Lugnasad veut dire « l’Assemblée de Lug » dressée, dans les légendes, en l’honneur de la Terre-Mère pour ses dons aux hommes notamment. Par ailleurs Lug est le Dieu Solaire aux attributs royaux. C’est aussi un dieu Trinitaire dont le Tribann est un des symboles.

On trouve aussi une autre appellation à cette fête : Lammas. C’est une fête paysanne majeur car elle marque le temps de la récolte et des moissons en plein cœur de l’été. Traditionnellement cette fête était présidée par les Rois et Seigneurs.

Elle était très répandue parmi les populations celtiques, de l’Irlande en passant à la Gaule, et même jusque parmi les Germains.

C’est un moment très joyeux où se mêle à la solennité du moment, réjouissance, musique, danses, jeux…

En tant que première fête après le solstice et elle marque les débuts de la descente vers l’Automne. Mais c’est malgré tout un jour lumineux, ou chacun profite du fruit de son travail et de son labeur, où chacun constate l’avancée de son évolution et peut en jouir. C’est la Fête du Don, de la Richesse sur tous les plans, où l’on offre, reçoit, partage …

Lugnasad marque réellement un temps de quiétude, de pérennité de la Vie et de constance.Le Divin de la Lumière est dans sa phase de maturité. Il commence à récolter les fruits de ses efforts. La Terre donne les premier fruits et les légumes. La communauté , sous les conseils des anciens, commence à s’organiser pour les récoltes et les préparatifs engrangement des provisions.


Eluetias Alba

Equinoxe d’Automne (21/09): Recul et Equilibre

Désignée aussi sous le nom d’Eluetias Alba, l’Equinoxe d’automne marque à nouveau un temps d’équilibre et s’oppose dans l’année à l’Equinoxe de printemps. Celui-ci marque l’équilibre des forces du Jour et de la Nuit, avec aussi le début des jours où la nuit domine, ce jusqu’au solstice d’hiver. C’est les derniers rayons dorés du soleil qui éclaire une Nature s’apprêtant à s’endormir…

C’est un temps de recul, de repos, l’automne nous permet de faire un bilan de l’année avant l’hiver qui marquera notre retour à la Terre, notre régénération dans la matrice primordiale, comme les animaux qui hibernent.

C’est un temps où l’on engrange pour la saison froide toutes les vivres, c’est le moment des dernières récolte. Il ne doit pas y avoir de nostalgie, car c’est la promesse d’un renouveau au bout de la nuit dont témoignent ces derniers jours de chaleurs et d’été avant l’automne. Il faut regarder notre cycle qui s’achève avec plénitude et se préparer à entrer dans la phase de latence qu’est l’hiver, temps initiatique pour mieux renaître encore à la saison nouvelle.

L’élément Terre domine cette période de l’année et exprime parfaitement cet esprit de flegme et de calme que représente ce temps.

La forêt (et notamment le Chêne) et ses esprits de la Terre, comme les Gnomes, sont à l’honneur. Cette fête est spécialement dédiée au Dieu-Cerf dont la ramure symbolise autant l’expansion vers le ciel que le centrage de notre être en une unité « germinale » que l’on retrouve pendant l’hiver.



Samonios


(01/11) : le Retour à la Source

De toutes les fêtes « païenne » Samonios est sûrement une des plus connues et qui persiste le plus sous sa forme originelle avec l’Halloween Anglo-Saxon. Si l’on rattache son symbolisme souvent à celui des morts,  c’est là une interprétation erronée, car Samonios rend honneur aux Ancêtres (tradition que l’on retrouve dans le culte des Saints à la Toussaint), aux esprits de l’autre monde qui jusqu’en cette extrémité de l’année ont accompagné chaque être dans leur périple évolutif tout au long de ce cycle.

D’un point de vu énergétique, Samonios est très élevé, c’est un moment particulièrement mystique, car c’est le moment de l’année où l’au-delà est au plus proche de nous, autrement dit, où le plan physique et le plan éthérique sont le plus en phase. Le portail de la Vie est aligné au portail du Monde des Morts.

C’est donc un moment hors du temps des plus propice pour entrer en contact avec les plans supérieurs. On comprend aussi pourquoi c’est un des meilleurs temps, en opposition annuelle avec Belotepnia pour réaliser les Oracles et autres actes de divination.

Festin et cérémonies étaient orchestrées par les druides. C’était un moment de réunion et de communion entre les incarnés et les esprits de la Nature et les Dieux. Lug et tout particulièrement le Dagda étaient à l’honneur durant cette fête. Dagda, le Dieu-Druide, est aussi maître de la vie et de la mort parmi ses nombreux attributs, ce qui explique sont rattachement à cette fête et plus généralement à cette période. Dans la Tradition gauloise, Dagda n’est autre que le Dieu Esus, du moins pour certains de ses aspects.

Samonios est la fête durant laquelle les Druides cueillaient avec une serpe d’or la plante sacrée , le Gui, et le recueillaient dans un drap blanc tendu

Samonios marque aussi le dernier moi lunaire (du calendrier de treize mois lunaires de 28 jours chacun), la fin de l’année et le début de la nouvelle dans la tradition populaire celtique. Or dans le le cycle diurne , le cycle astronomique débute au Solstice d’hiver.

Samonios, c’est donc pour chacun ce retour à nos origines, dont témoigne le culte des ancêtres dans la tradition celtique. Un retour à la Source Primordiale, l’Awen, après l’expérience de l’année précédente. C’est une sorte de mort initiatique qui durera tout l’hiver, un temps de régénération et de purification, d’apprentissage aussi parfois marqué par la souffrance, mais dont nous pourront jouir de tous les apports, à notre « réincarnation » symbolique, notre renaissance, lors du Retour des Longs Jours, au printemps.

En Nouvelle=France, on plaçait une chandelle à la fenêtre afin de guider les membres de la famille décédés au cours de l’année et guider leur  marche de retours à la résidence des parents vivants. Lors du repas de célébration de Samonios , la mère plaçait un couvert de plus, pour les visiteurs invisibles. À partir du XIXième siècle, cette place à la table sera remplacée par la « place du quêteux » en québécois ou du mendiant du village. Chez ma grand-mère Morin. dans les années 50, on avait maintenue la tradition de la chandelle à la fenêtre et le couvert supplémentaire.
Revenir en haut Aller en bas
Veigsidhe Karvgwenn
Ami(e) de l'Antre
Ami(e) de l'Antre
avatar

Messages : 1055
Date d'inscription : 13/04/2016
Localisation : Guiclan/Gwiglann

MessageSujet: Re: La roue Gauloise   Dim 31 Juil 2016 - 15:24

Géniale!!! Merci pour cet échange. J'aime bien les noms Gaulois de nos fêtes.

Je te souhaite un bon Lugnasaissatis!!! sunny


" L'innocent est celui qui subit le mal, contrairement au juste, qui va au devant d'un mal pour le combattre. "
- Sagesse Druidique-

" Un boiteux monte à cheval, un manchot garde les troupeaux. Un sourd fait assaut d'armes et rend service.
Mieux vaut être aveugle que brûlé, un mort n'est utile à personne.
"
- Hàvamàl : 71 (l'Edda Poétique) -

Revenir en haut Aller en bas
http://noetuauuybbggs.blogspot.fr/
Dorick
Ami(e) de la Forêt
Ami(e) de la Forêt
avatar

Messages : 251
Date d'inscription : 30/11/2011
Localisation : Hirson

MessageSujet: Re: La roue Gauloise   Dim 31 Juil 2016 - 15:31

Merci ami druide à toi aussi
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La roue Gauloise   

Revenir en haut Aller en bas
 
La roue Gauloise
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» la roue de la loi
» ROUE ASTRO SIMPLIFIE : RAPPEL
» Faire une Roue Médecine
» Une communauté gauloise à Ymonville
» Quelle roue à filtre pour une SBIG ST8300 ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
l'antre magique des sorcières :: Vie Magique et Spirituelle :: Paganisme :: Théorie :: Druidisme-
Sauter vers: