l'antre magique des sorcières
Bienvenue dans l'univers magique des sorcières !
Merci de vous connecter pour voir l'intégralité de nos forums et les nouvelles réponses.


Cinq belles années d'uptime. Merci à tous de votre présence et de votre soutient !
 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion
Bienvenue sur L'Antre Magique des Sorcières
forum d'entraide et communauté neo pagan francophone

Merci de bien vouloir consulter attentivement et mettre en application les règles de la Charte


Retrouvez-nous aussi sur Facebook !
 

 
Découvrez la liste de nos partenaires dans la rubrique prévue à cet effet dans le tiers inférieur du forum.


CURRENT MOON

Partagez | 
 

 Le Gui dans le Druidisme

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Veigsidhe Karvgwenn
Ami(e) de l'Antre
Ami(e) de l'Antre
avatar

Messages : 1002
Date d'inscription : 13/04/2016
Localisation : Guiclan/Gwiglann

MessageSujet: Le Gui dans le Druidisme    Mer 9 Nov 2016 - 11:40

Le Gui dans le Druidisme:

j'ai trouver ça dans mes livres c'est le passage sur les écrits Romains a propos du Gui:

« On ne doit pas non plus oublier à ce propos l’admiration qu’ont les Gaulois (pour le Gui). Les druides – c’est ainsi qu’ils appellent leurs mages – n’ont rien de plus sacré que le gui et l’arbre dans lequel il croît, à condition que celui-ci soit un rouvre … Mais celui-ci est extrêmement rare à trouver, et, en a-t-on découvert, on le cueille en grande pompe religieuse, surtout le sixième jour de la lune qui marque pour eux les débuts des mois et des années et du siècles au bout de trente ans, parce qu’elle aurait déjà assez de force, sans être en son milieu. Ils appellent [le gui] dans leur langue « celui qui guérit tout ». Après avoir préparé au pied de l’arbre et selon les rites le sacrifice et le repas religieux, ils amènent deux taureaux de couleur blanche dont les cornes sont attachées pour la première fois. Un prêtre paré d’un vêtement blanc monte dans l’arbre, avec une serpe d’or il coupe le gui : celui-ci est recueilli dans un sayon blanc. Ensuite ils immolent les victimes en priant le dieu de faire ce présent propice à ceux à qui il l’a donné … » - the Historia Naturalis : C. Plinius Secundus. XVI : 250-



Ce rituel du Gui D'écrit par Pline L'Ancien trouve existe encore dans ma tradition écossaise pour me Clan Hays environ en 1178, le cape badge du clan Hays est le Gui. Les Druides de ce clan avaient l'habitude de se rendre au pied d'un chêne sur lequel cette plante poussait à profusion (d'après le fockloriste Ecossais Robert Kirk) En Ecosse les chênes comme celui des membres du Clan Hay etaient associer a pleins de charmes et légendes. Un rameau de gui, coupé par un Druide Pictish du clan Hay la veille de Samhain, avec un poignard neuf, après qu’on avait fait trois fois le tour de l’arbre dans le sens des aiguilles d'une montre. (Déosil) et qu’on avait prononcé une certaine incantation, (Je ne la connais pas, celle des Hay, mais elle doit étre proche de la mienne?) L'usage du Gui pour la protection était autrefois pour le clan Hay un charme très sûr contre toute magie ou sorcellerie des Druides des clans adverses, et s'était aussi une protection infaillible un jour de bataille.

Le Gui nourrissant de la sève de l’arbre qui le porte, le gui, nous montre que la solidarité est la chose la plus importante et que nous somme tous ici sur terre les membre d'une très grande chaine que se soit l'homme, les animaux, les plantes ou les roches. Nous sommes tous attacher les uns des autres. Pour nous les Druides il existe un équilibre dans la Nature que l'on se doit de ne pas rompre et de respecter. Car tous ce qui existe fait partie de la Déesse et donc a en sons essence une partie du Keugant (l'état divin).

Le Gui sacré, Qui est une plante a la fois lunaire et solaire, doit être coupé avec un métal digne de lui, intact de la l'image des faucilles d’or, mais comme je l'ai dit l'or est un métale mou qui ne peut pas être affuté et le poignard neuf donc des Druide Pictish du Clan Hay s'était un Sgian Dubh (soit en gaelique: "poignard noir" qui se porte dans la chaussette droite quand on est en kilt). Dans la Pictish Wicca les Druides de ma tradition parfois pratique en Kilt, c'est la un héritage de l'époque des Clans en Ecosse. Ce poignard comme le Gui . Sont reçu sur un voile blanc immaculé, signe de pureté et du Gwenved (état émotionnel et spirituel du Druide).


Quand la Fleur du Gui est féconder par le Vent les abeilles, ou les fourmis (symbole Divin) le Fruit blanc apparais avec sa belle forme ronde et blanche pleine de promesse pour nous les Druides, c'est un symbole Druidique de fertilité (pour les couples) et d'abondance (pour la terre et le clan) le fruit ne tombe pas ou très peu de plus la germination est difficile. C’est un oiseau qui va assurer la dissémination de l’espèce ; lorsque la nourriture devient rare, tous les fruits d’automne les oiseaux qui résistent aux rigueurs de l’hiver, avalent les baies entières ensuite c'est la digestion qui va levée la dormance de la graine qui ensuite va étre propager sur les autres arbres par les déjections. Les fientes sont faitent sur les branches , c'est comme ça que les graines germent ensuite. Ce mode de propagation par les oiseaux dans le ciel sans jamais toucher le sol et pour les Druides un signe des qualités divines du Gui.

L’escalade par le Druide d'un Arbre sur lequel se fait la cueillette du Gui est une montée au ciel symbolique du Druide (magie sympathique et rituellique).

Mais le gui est aussi le Rameau d’or. cueilli en Décembre, par le froid et les gelées il a cette teinte dorée très caractéristique du de soleil hivernal qu’il aura pleinement lors de notre fête de Yule, Fête Druidique de la renaissance du Dieu Soleil Lugh.

Cueillir et conserver le gui, c’est retrouver sa force de vie pour soit même et le Clan (Famille) c’est se protéger contre les aléa de ce monde et contre les énergies négatives projeter par les personnes toxiques (voir contre leur magies). Le Gui a des Vertus magique qui protègent des incendies, de la foudre, des maléfices ; sa branche suspendue au-dessus de la porte des écuries et des étables protégeant les animaux, suspendue dans le coeur du foyer (le salon) c'est ses habitants qui se trouve sous sa protection..

Les Branches du Gui ont quand même une forme particulières quand on les regarde de très près les tiges sont parfois cassantes quand elles sont vertes et de section cylindrique mais le bois est très dur c'est pour cette raison qui faut avoir une bonne serpe pour le cueillir.

Les Vertus du Gui sont celles de la guérison et de la purification "spirituelle".
Le Gui est Masculin  associer au Soleil et a l'air

Divinités associer au Gui sont Apollon, Cernunnos, Odin, Freya, Frigg, Vénus, et Loki

Ne JAMAIS oublier qu'il est Toxique à fortes doses, toujours se référer à un spécialiste avant tout usage thérapeutique.
Les feuilles et les jeunes tiges ont des propriétés vasodilatatrices, hypotensives et diurétiques actives dans l'athérosclérose, l'hypertension et les symptômes de la ménopause.
Petit rappel : toujours se référer à un spécialiste avant usage thérapeutique, le Gui est toxique à fortes doses.

Infusion :
Une ou deux pincées de feuilles coupées pour une tasse, faire infuser dans de l’eau bouillante pendant 10 minutes. 2 tasses par jour entre les repas.

Macération vineuse :
30g à 40g de feuilles macérées dans 1L de vin blanc, un verre par jour.

Potion :
0,50g d’extrait aqueux de Gui et 200g de sirop simple, de 4 à 8 cuillerées par jour.

Le Gui peut également s'utiliser en usage externe pour tout ce qui est de l'ordre des pertes blanches, névrites, sciatiques et algies rhumatisales.

Décoction :
Une poignée de feuilles de Gui pour 1 litre d’eau à laisser bouillir pendant 15 minutes, à utiliser sous formes d’injections vaginales (pour les pertes blanches), de cataplasmes (pour les algies rhumatismales, névrites et sciatiques).


Voila sa c'est l'usage qu'en fait une amie que j'ai connue sur un forum.
De mon côté je partagerais avec vous l'usage Magique du Gui que je fait a Yule, Notamment avec le Bouleau.

Les Anciens Celtes considéraient le gui comme une panacée et leurs descendants des campagnes l’emploient encore pour le traitement de diverses maladies ; même Phytotérapeutes l’utilise comme antispasmodique, cardiotonique hypotensive, et reconnaît aux guis d’aubépine, ou le peuplier des vertus anti-cancéreuses et homéopathiques.

Voila ensuite je pense a l'histoire de la serpe d'or et de la cueillette du gui:
la cérémonie de la serpe d'or (un rituel de purification) est importante chez certains druides, mais toutefois il semblerais que les serpes des anciens druides aient été en Bronze est non en or, en effet l'or ne s'affute pas (métal trop mou) et les sources sur la serpe d'or sont Romaines et écrit a une époque ou les romain ne connaissaient pas encore le Bronze (les celtes étaient plus avancer niveau métallurgie et travail des métaux) de nos jours les serpe de druide sont en général en acier. (j'en ais une belle en acier très dur, et utile pour couper les branches dure des grosses boules de gui) mais on peut trouver dans le commerce de belles répliques de serpes druidiques en acier plaquer d'Or (super jolie). j'ai été un peu déçu il y a une 15 aine d'année quand j'ai commencer a pratiquer le druidisme. Je pensais trouver des serpes d'or chez tout les druides. Le druide avec une serpe en or c'est un peux l'image mythique que l'on a tous en tête quand on pense aux druides.
Et le gui qui pousse sur le chêne il semblerais aussi que se soit une lègende (j'en ai déjà parler avec d'autres druides) car on ne trouve jamais de gui sur cet arbre. On connait bien la signification sacrée du Chêne (arbre du savoir) et du Gui (plante des Dieux) mais on peut associer les deux au traver du druide, bien sur. Mais pour ma par je n'ai jamais trouver de gui sur un Chêne. On le trouve le plus souvent sur des arbres, comme des Saules, des Frênes, des Peupliers, des Arbres fruitiers, ou même parfois des Noisetiers ou des Chataigniers. Je me rappel d'une conversation avec un druide, sur le net Anglophone qui ma dit que peut être qu'il sagit du histoire que les anciens druides ont surement dit aux romains pour les induire en erreurs et protèger ainsi le secret du gui. Mais ce n'est qu'une hypothèse. On ne peut pas savoir avec exactitude. Je remarque juste que je cueille le gui tout les mois et a chaque Yule depuis bientôt 15 ans maintenant et je n'en ai jamais trouver sur des Chênes ??? Il se peut aussi peut être que le gui soit très très rare sur cet Arbre, ce qui démontrerai l'importance du Gui trouver sur un Chêne ?? On ne sait pas exactement (la encore c'est une hypothèse)


" L'innocent est celui qui subit le mal, contrairement au juste, qui va au devant d'un mal pour le combattre. "
- Sagesse Druidique-

" Un boiteux monte à cheval, un manchot garde les troupeaux. Un sourd fait assaut d'armes et rend service.
Mieux vaut être aveugle que brûlé, un mort n'est utile à personne.
"
- Hàvamàl : 71 (l'Edda Poétique) -

Revenir en haut Aller en bas
http://noetuauuybbggs.blogspot.fr/
 
Le Gui dans le Druidisme
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les celtes toujours dans le druidisme ?
» Awen
» Le Hérault dans un rituel
» L'enseignement de la prière dans l'Evangile
» Dispositif à action direct dans le logement

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
l'antre magique des sorcières :: Vie Magique et Spirituelle :: Paganisme :: Théorie :: Druidisme-
Sauter vers: