l'antre magique des sorcières
Bienvenue dans l'univers magique des sorcières !
Merci de vous connecter pour voir l'intégralité de nos forums et les nouvelles réponses.


Cinq belles années d'uptime. Merci à tous de votre présence et de votre soutient !
 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion
Bienvenue sur L'Antre Magique des Sorcières
forum d'entraide et communauté neo pagan francophone

Merci de bien vouloir consulter attentivement et mettre en application les règles de la Charte


Retrouvez-nous aussi sur Facebook !
 

 
Découvrez la liste de nos partenaires dans la rubrique prévue à cet effet dans le tiers inférieur du forum.


CURRENT MOON

Partagez | 
 

 Le Calendrier Druidique comment ça marche???

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Veigsidhe Karvgwenn
Ami(e) des Mages
Ami(e) des Mages
avatar

Messages : 810
Date d'inscription : 13/04/2016
Localisation : E Breizh emaon o chom buan, rak o gortoz emaon e mervent diouzh Bro C'hall..

MessageSujet: Le Calendrier Druidique comment ça marche???   Mer 11 Jan 2017 - 21:31

Qu'est ce qui est pour commencer sombre puis lumière???

Qu'est ce qui ne doit pas être fait entre Novembre et Avril???? Mais qui peut être fait entre Mai et Octobre????

Qu'est ce qui donne du fruit et qu'est ce qui apporte discorde sur la lande? Les rayons de Soleil, la Pluie. Et le chat le soir qui marche sans bruit???

Ou Lugh est t'il impliquer ??? et pourquoi ajoute t'on a ceci 365 Jours???


-énigmes Druidiques sur l'année-


Pour commencer les Ogham, alors j'ai trouver ce sujet qu'y l'explique mieux que je ne pourrais le faire (je vous ai mit le liens plus bàs).


"On a trouvé dans les îles britanniques  des inscriptions gravées sur la pierre ou le bois.
Celles du pays de Galles sont quelques fois accompagnées d'une traduction en caractères latins, ce qui a permis de décoder cet alphabet. La datation de ces stèles gravées est difficile à préciser mais elles ne semblent pas remonter antérieurement au IIIe siècle ap. J-C.

Cette écriture utilise un alphabet particulier dont les lettres portent des noms d'arbres. Elles constituent l'ogham (orthographié parfois ogam).

Graphiquement chaque lettre est représentée par 1 à 5 traits gravés à droite, ou à gauche, ou de part et d'autre d'une arête. Les encoches plus courtes sur l'arête sont réservées aux voyelles.

Cet alphabet pourrait remonter à des temps fort reculés, comme semble le montrer en particulier l'absence de la lettre "P", existant dans la langue indo-européenne, mais qui n'existait plus dans le celte   très ancien pour réapparaître ensuite.

Les druides, gardiens de la culture celte, méprisaient l'écrit. La mémoire de la civilisation c'était la mémoire de chaque homme initié. L'utilisation de l'ogham procédait probablement de rites magiques ou comme certains le soutiennent, en tant que moyen mnémotechnique. Dans cette  dernière hypothèse on peut imaginer qu'une longue épopée était scindée en plusieurs parties. Les lettres initiales de chacune de ces parties étaient  assemblées en une suite  d'arbres pouvant être figée en plantant une haie avec les espèces correspondant à la suite obtenue. Ainsi la séquence des chapitres était mémorisée pour les générations futures. Par ce moyen, des textes transmis oralement au travers de plusieurs générations auraient conservé une structure de récit inchangée.

alphogham.jpg (22266 bytes)

De nombreux sites sont consacrés à l'ogham. Ils expliquent les transformations de certains phonèmes, (Le "Kw" indo-européen qui a évolué  soit en "K" soit en "P"), la présence d'une consonne particulière notée "Ng", les assimilations fréquentes entre "F" et "V" etc.

L'Ogham connaît un regain d'intérêt, il fait même l'objet de normalisation dans les standards ISO.



Le sous-ensemble des 18 lettres présenté dans le calendrier des arbres constitue  une base suffisante  pour jouer avec les lettres, ou l'utiliser à des fins mnémotechniques.

Lettre celtique arbre Lettre celtique arbre Lettre celtique arbre
B Beth Bouleau D Duir Chêne R Ruis Sureau
L Luis Sorbier T Tinne Houx A Ailm Epicéa
N Nion Frêne C Coll Noisetier O Onn Ajonc
F Fearn Aulne M Muin Vigne U Ura Bruyère
S Sail Saule G Gort Lierre E Eadha Peuplier
H Huath Aubépine P Peith Tilleul I Idho If
L'alphabet oghamique inscrit au bas du calendrier des arbres
Toutefois pour disposer d'un jeu de 26 lettres ils convient d'assimiler :
La voyelle "Y"  et la consonne "J" à la voyelle  " I "
Les consonnes "K" et "Q" à la consonne "C"
Les consonnes "V" et "W" à la consonne "F"
Les consonnes "X" et "Z"   à la consonne "S"
Pour jouer avec les dates, on admettra  que le 29 février est inclus dans le mois du frêne NION."


(Source = http://arfe.fr/calendrier/ogham.htm)


Fionn's window:
Donc ce calendrier a donner lieux a la création d'un support calendaire (pour ne pas dire calendrier car il variais d'un clan celte a l'autre).
Qui est comme un mandala de méditation mais en Ogham. Fionn's window (la fenêtre de Fionn, du nom du Héros légendaire Celtique Finn MacCoul (les Irlandais en on même fait un Géant) Finn MacCoul qui était en même temps un héros Irlandais et un Druide, aurais crée cette representation circulaire de l'univers. (mais on na pas de certitude sur l'Origine de cette fenêtre de Fionn)




La tablette de Coligny:

En 1897, un calendrier de bronze fragmenté datant d'environ 50 avant J.C fut découvert à Coligny, en France. Il semblerait être le vestige d'un modèle Gaulois Romanisé d'un système Calendaire Celtique Lunaire.
Il avait un cycle d'approximativement 5 ans soit 62 tables.
A la différence de notre calendrier moderne le calendrier Gregorien de Grégoire XIII, Le calendrier de Coligny était fonder sur le calendrier de Julien, celui de Jules César, il utilisait la période précise de l'orbite de la Lune autour de la terre, (une Lune). Pour mesurer le passage du temps chaque Lune a une période de 29,53 jours. Dans ce modèle Gallo-Romain, le mois était divisé en période de 15 jours (comme notre calendrier actuel en faite).
La question a ce poser quand on travail avec le calendrier de Coligny, et que certain Druides oublient c'est le calcule de la rotation de la terre. (comme sa rotation ralentie, ce calcule doit étre pris en compte si on veux être juste).

Une année solaire, soit le temps pris par la Terre pour faire le tour du soleil, ou une révolution du soleil à l'équinoxe vernal, est nominalement de 365 jours, mais en faite ça fait 365,242 jours d'ou l'ajustement du calendrier Gregorien avec les années bissextiles tout les 4 ans (chose qui n'est pas pris en compte dans le Coligny, parce que lunaire).
Donc Pour plus de précision, soit 12 révolutions de la Lune, cependant 12 fois 295 Jours, ne font que 354 Jours, il nous faut par conséquent si on souhaite travailler avec le calendrier de Coligny, faire deux modifications: l'utilisation de mois alternés de 29 et 30 Jours, ensuite, ajouter un mois Intercalaire tous les 2 ans 1/2 ou les 3 ans, pour que l'année lunaire de 354 jours rattrape l'année scolaire de 365 jours.

Donc les Mois de Coligny sont:
1: Samonios = Novembre (30 jours)
2: Dumannios =Décembre (29 jours)
3: Riuros = Janvier (30 jours)
4: Anagantios = Février (29 Jours)
5: Ogronios = Mars (30 Jours)
6: Cutios = Avril (30 Jours)
7: Giamonios= Mai (29 Jours)
8: Simi Visonnios = Juin (30 Jours)
9: Equios = Juillet (30 Jours)
10: Elembivios = Août (29 Jours)
11: Aedrinios = Septembre (30 Jours)
12: Cantlos = Octobre (29 Jours)




Le Calendrier Viking en Rune:
A la fin du 14ème et au début du 15 ème siècle en Scandinavie. 2tait en usage un calendrier ou était indiquer les dâtes des Blòts, il était composé de huit tablettes de bois de bois incisé d'une taille de 7,5 X 5,2 cm.

Le Système d'écriture Runique apparu vers le IIè siècle et c'est répandu par les Vikings du Groenland au Sud de la Grande Bretagne. Le calendrier des Vikings indiquait en inscriptions runiques les représentations figurées des principes de chaque Dieux et leurs célébrations (les Blòts) au cours de l'année, plus tard ce calendrier a été Christianisé (les célébrations d'Odin et des autres Dieux Nordiques on été remplacer par le culte des Saints et du Christ) puis abandonner au profit du calendrier Grégorien.
De mon côté le Calendrier que je suis est inspirer de celui si et des Oghams (la fenètre de Fionn).



On en trouve des versions Modernes (sa doit étre sympas a lire):


Sinon je vous ai poster le miens ici (mais c'est le Norse-Gael): http://thewitcheslair53.forumactif.org/t2637-le-forn-sedhr-ou-l-asatru-a-la-maison.

J'ai le projet de l'écrire en Calligraphie et toute en Rune. Peut étre dans un livre vierge trouver dans le commerce, (ou alors je vais faire le livre moi même, je verrais).

study


Pour finir un Mot sur les Cycles Druidiques et le Cycle de Méton:

Le Cycle de Méton est un cycle d'une durée de 19 ans, découvert par le Grec Méton en -500.
Il est constituer de 235 mois Lunaire, a la fin desquels les phases de la Lune se répètent aux mêmes jours des mois et des années, que dans le cycle précédent de 19 ans. Donc un Méton c'est le temps pris pour que les phases du Soleil et de la Lune décrivent un cercle complet et reviennent dans la même position mutuelle.

Un Cycle Druidique, de son côté est constituer soit d'un cycle dit "Simple" (donc cycle druidique de 5 ans) appeler aussi un "Lustre" d'ou l'expression: "sa fait des Lustres!!!"
A la fin de 6 Lustres, ou d'un mois d'années (c'est a dire 30), un Cycle Druidique était autrefois achevé.
Une période de 21 mois d'année (21 X 30 = 630) correspondait à une ère Druidique.
Les ères sont datées à partir de la Seconde Bataille de Mag Tuireadh en Irlande, où les Tuatha De Danann vainquirent les Fomoiré. L'an 1 A.D = 1871 Mag Tured, ou Mag Tuireadh (MT). Ainsi 1985 (1985 + 1871) = 3856 M.T.
La première année M.T commença l'Âge de Fer et d'Argent, la fin de cette ère Druidique a Lieu en 3888M.T (2017) donc a Samhain (pour ceux qui travail avec la fenètre de Fionn) ou Samonios (pour ceux qui travail avec le calendrier de coligny).
Je ne peut que vous conseiller de faire quelque chose de très spéciale cette année a Samhain.


-" L'innocent est celui qui subit le mal, contrairement au juste, qui va au devant d'un mal pour le combattre."   -Sagesse Druidique-
-" Un  boiteux monte a cheval, un manchot garde les troupeaux.  Un sourd fait assaut d'armes et rend service.
   Mieux vaut être aveugle que brûlé, un mort n'est utile a personne." -Hàvamàl : 71-  (l'Edda Poètique)
Revenir en haut Aller en bas
Veigsidhe Karvgwenn
Ami(e) des Mages
Ami(e) des Mages
avatar

Messages : 810
Date d'inscription : 13/04/2016
Localisation : E Breizh emaon o chom buan, rak o gortoz emaon e mervent diouzh Bro C'hall..

MessageSujet: Re: Le Calendrier Druidique comment ça marche???   Sam 24 Juin 2017 - 17:16








"-Le schéma représente une croix de quatre branches égales, appelée svastika en sanscrit, ce qui signifie « de bon augure ». Dans la symbolique hindoue, le svastika remplace parfois la roue. Solstices et équinoxes marquent le commencement de la période associée à la fête cardinale qui se situe environ quarante-cinq jours après.

Le calendrier celtique prenait en compte le cycle annuel du soleil pour les saisons et l’état de la lune, associée à la Déesse Mère, pour déterminer les dates des fêtes traditionnelles, en fonction des jours réputés favorables déterminés par son apparence dans le ciel.

Si l’on considère l’unité de temps traditionnelle, qui rythme les aventures des héros de la tradition d’Irlande, les célébrations du cycle de l’année des hommes auraient pu se tenir un mois et demi après l’équinoxe ou le solstice qui rythment la journée des dieux. La lune était un repère céleste pour la définition des jours fastes et néfastes. {Il en est toujours de même pour la détermination des fêtes du calendrier brahmanique, en fonction de la lune}.

Solstices et équinoxes marquaient la fin de la période attachée à la fête cardinale précédente et annonçaient la suivante.

Le rituel celtique moderne est conçu pour avoir du sens dans l’époque actuelle et pour l’ensemble de l’assistance. Les indications, données sur ce site, se situent dans un esprit indépendant du religieux. Panthéon, mythes, symboles et tentatives d’explications de la tradition des Celtes, qui inspirent les exemples de cérémonies citées, sont principalement tirés des travaux de plusieurs universitaires qui ont étudié la matière celtique dans les textes de la littérature orale des Celtes insulaires d’Irlande et du Pays de Galles.

La référence aux usages brahmaniques actuels, inspirés de la culture védique, peut aider à la compréhension d’anciennes pratiques cultuelles des Celtes compte tenu d’une idéologie tripartie que l’on retrouve dans les deux cultures traditionnelles.

Les fêtes familiales sont construites autour de symboles celtiques et de valeurs humaines universelles, sous une forme compatible avec notre époque.

Le fait le plus marquant dans la tradition celtique, à partir du concept indo-européen, est la solidarité cosmos/humains dans une « religion de la vérité ». Ce fait se traduit dans les récits mythologiques de la tradition celtique d’Irlande, par les aventures du héros, mi-humain mi-dieu, lancé dans une conquête de l’année. L’épopée amène le héros à côtoyer le dieu du ciel diurne de la saison claire et le dieu du ciel nocturne de la saison sombre. Dans son périple, le héros est amené à traverser la ténèbre hivernale, l’Autre Monde symbolisé par l’eau froide.

L’île, autre symbole de l’Autre Monde, séparée du monde des humains par l’eau ténébreuse, est le lieu initiatique par excellence. Le passage de l’eau, qui donne  parfois lieu à un combat sur le gué, symbolise le solstice. Le héros côtoie également la déesse de l’aurore porteuse de vérité, qui libère les eaux, dispense ses bienfaits et accorde la royauté. La déesse de l’aurore, symbole de la période intermédiaire associée aux équinoxes, marque l’équilibre entre la nuit et le jour et entre la période sombre et la période claire de l’année. La déesse de l’aurore porte le lointain souvenir de la Grande Déesse Créatrice née au Paléolithique.

Les Celtes considéraient le sixième jour de la lune, comme particulièrement sacré et porteur d’une force considérable. Le sixième jour de la lune était également le point de départ pour le décompte des mois, des années et des siècles. L’année celtique commencerait ainsi le soir du sixième jour de la nouvelle lune de Samain, dans la période comprise entre la fin octobre et le début de novembre.

{Dans l’hindouisme, les brahmanes nomment ce sixième jour de la lune « Mahâtithi », le Grand jour}

Roue solaire à 8 rayons (temple indou)
Roue à huit rayons sur la façade d’un temple hindou



Les fêtes du calendrier, symbolisées par les huit rayons d’une roue, marquaient les moments importants de l’activité humaine et d’une aventure eschatologique liés à l’année. Solstices et équinoxes, représentés par quatre rayons, formaient les deux axes d’une journée des dieux. Les quatre autres rayons représentaient les fêtes cardinales de l’année des humains. Certaines représentations de la roue ne comportent que six rayons. La roue est toujours présente dans quelques vieilles églises du continent européen. Nommées Roues de la fortune, elles étaient mises en mouvement par un jeu de cordes. Dans certaines églises bretonnes, le symbole de la roue est toujours présent, même si la signification initiale est oubliée. La roue avait une fonction augurale.

Dans les textes de la tradition des Celtes d’Irlande, les fêtes cardinales de l’année des humains se situaient :

– le 1er novembre pour Samain,

– le 1er février pour Imbolc,

– le 1er mai pour Belteine

– le 1er août pour Lugnasad.

Le 1er jour du mois dans le calendrier moderne, est différent de celui du calendrier luni-solaire des Celtes, dont les calendes se situaient au sixième jour de la nouvelle lune.

Le temps des dieux et le temps des hommes n’étaient pas au même niveau. Une année des humains correspondait à une journée des dieux.

Les fêtes celtiques modernes, par leur aptitude à créer une ambiance propice à la spiritualité, sont l’occasion de solliciter la conscience des participants en leur rappelant que leurs conditions de vie sont intimement liées à l’eau qui les désaltère, à la terre qui les nourrit et à l’air qu’ils respirent.

Les fêtes familiales sont des moments privilégiés durant lesquels, le souvenir des proches disparus participe à l’émotion collective. Les fêtes celtiques modernes sont des hymnes à la nature, à la vie et à l’amour.

Nous ne possédons pas d’éléments suffisants pour définir une religion commune aux Celtes en général, ni même aux Gaulois en particulier. Par contre, l’archéologie nous apprend que les Celtes avaient une culture symboliste qui a laissé des vestiges importants de leur production artistique. L’interprétation de symboles, relevés en Europe sur des objets et vestiges de monuments mis au jour par l’archéologie, a conduit à envisager la trame d’une religion construite autour de la Grande Déesse Mère et de ses époux successifs, en fonction des changements de saison au cours du cycle de l’année. L’examen des découvertes archéologiques a ainsi permis d’émettre une hypothèse. Le rapprochement et l’interprétation d’éléments tels le chaudron de Gundestrup, le pilier des Nautes à Paris, la triade de Saintes et le pilier de Mavilly, ont permis d’envisager pour la Gaule un cycle mythologique qui commandait aux fêtes saisonnières. Le cycle reconstitué se déroule autour d’un personnage principal, la grande déesse-mère, qui épouse successivement et à des moments particuliers du cycle annuel, le dieu des forces « d’en haut » Taranis et le dieu de la terre Esus. Esus apparaîtrait sous forme humaine, époux printanier de la déesse-mère dans son aspect de jeune femme fertile, au moment de la montée de sève dans la nature. Le même dieu, cette fois moitié homme et moitié cerf, portant le nom de Cernunnos dieu du monde « d’en dessous », des morts et de la richesse, viendrait épouser la déesse sous son aspect de vieille femme, au moment où la nature se met au repos.

La richesse de l’éducation philosophique délivrée par les druides aux jeunes nobles et l’art symboliste des Celtes, laissent entrevoir une société évoluée, fortement imprégnée de spiritualité, mais pas nécessairement rassemblée autour d’une religion unique, peut-être à cause de la persistance de pratiques claniques célébrant différents dieux tutélaires.
Le constat amène à tenter de dégager, pour le druide moderne, une base idéologique de nature philosophique indépendante de la religion."
-Le Druide Gwydon Mab Wrac'h-


La Fionn's Windows:
The Feige Find ( Fionn's Windows ou le calendrier des Ogham) est une représentation graphique du monde souverain Celtique.
Il vient du Livre de Ballymote, vers 1390 CE. Dans ce cas, les livres multilples sont combinés avec d' autres aussi Lebor Ogaim ("The Book of Ogams"), également connu sous le nom Ogam Tract, est un ancien traité irlandais sur l'alphabet ogham. L'Ogham Tract est indépendant de l'Auraicept et est notre principale source pour les Bríatharogaim. L'Ogam Tract offre également une variété de 100 "échelles" de variantes ou de modes secrets d'écriture ogham (92 dans le Livre de Ballymote), par exemple le "shield ogham" (ogam airenach, n ° 73). Même le Futhark est présenté comme "Viking ogham" (n ° 91, 92). Certains d'entre eux sont des listes de mots basés sur l'alphabet, et certains semblent impliquer un système numérique de comptage.
Les noms des lettres sont interprétés comme des noms d'arbres ou d'arbustes dans la tradition manuscrite, à la fois dans Auraicept na n-Éces ('The Scholars' Primer ') et In Lebor Ogaim (' The Ogam Tract '). Ils ont d'abord été abordés dans les temps modernes par Roderic O'Flaherty (1685), qui les a pris à leur juste valeur. L'Auraicept lui-même est conscient que tous les noms ne sont pas connus des noms d'arbres, en disant: «Maintenant, tous ces noms de bois sont trouvés dans le livre Ogham of Woods et ne sont pas dérivés des hommes», admettant que «certains de ces arbres ne sont pas Connu aujourd'hui ". L'Auraicept donne une courte phrase ou kenning pour chaque lettre, connue sous le nom de Bríatharogam, qui accompagnait traditionnellement chaque nom de lettre, et un autre brillant expliquant leurs significations et identifiant l'arbre ou la plante liée à chaque lettre. Seulement cinq des vingt lettres primaires ont des noms d'arbres que l'Auraicept considère comme compréhensible sans autre aspect, à savoir le «bouleau», la «aulne», le «saule» de saille, le chêne de duir et le coll «noisette». Tous les autres noms doivent être glacés ou "traduits" avec un nom d'usine.
La formation du poète ou du fichier gaélique impliquait l'apprentissage de cent cinquante variétés d'ogham - cinquante dans chacune des trois premières années d'étude, et il est clair que la plupart d'entre elles sont les variétés données dans The Ogam Tract. Cela peut les considérer comme une preuve de la nature cryptique d'Ogham et comme des exemples sérieux de la façon dont l'alphabet a été utilisé pour la communication secrète.
Le Livre de Ballymore, ou Dans Lebor Ogaim ("The Book of Ogams"), également connu sous le nom Ogam Tract, est un ancien traité irlandais sur l'alphabet ogham. The Feige Find (aussi parfois orthographié comme 'fege'), ou Fionn's Window, contient les cinq groupes de cinq lettres du Ogham, dans cinq cercles.
Le mot «féerique» signifie une tournevis utilisée pour contenir le toit d'une maison. L'arrangement de l'alphabet ogham de cette manière est probablement destiné à invoquer l'image d'une maison circulaire d'âge de fer. L'alphabet s'appelle Fionn Mac Cumhaill.

Le Feige Find est parfois appelé «Fionn's Window» ou «Fionn's Wheel», après le Master Bard Fionn, qui aurait été formé par Druid Finnéigeas. Comme elle incorpore symboliquement les arbres et les plantes, les étoiles, les lunes et la divination, elle représente la source de toute connaissance.

Les lettres ogham
Aicme Beithe Aicme Muine
ᚁ Beith ᚋ Muin
ᚂ Luis ᚌ Gort
ᚃ Fearn ᚍ NGéadal
ᚄ Voile ᚎ Straif
ᚅ Nion ᚏ Ruis
Aicme hÚatha Aicme Ailme
ᚆ Uath ᚐ Ailm
ᚇ Dair ᚑ Onn
ᚈ Tinne ᚒ Úr
ᚉ Coll ᚓ Eadhadh
ᚊ Ceirt ᚔ Iodhadh
Forfeda
ᚕ Éabhadh
ᚖ Ou
ᚗ Uilleann
ᚘ Ifín
ᚙ Eamhancholl



Source : http://www.gwyon-mab-wrach.bzh/celebrations-celtiques/

Source: http://racines.traditions.free.fr/fet1noel/index.htm

Source sur la Fionn's Windows : https://fionnswindow.wordpress.com/introduction/


-" L'innocent est celui qui subit le mal, contrairement au juste, qui va au devant d'un mal pour le combattre."   -Sagesse Druidique-
-" Un  boiteux monte a cheval, un manchot garde les troupeaux.  Un sourd fait assaut d'armes et rend service.
   Mieux vaut être aveugle que brûlé, un mort n'est utile a personne." -Hàvamàl : 71-  (l'Edda Poètique)
Revenir en haut Aller en bas
cethis
Ami(e) des Plantes
Ami(e) des Plantes
avatar

Messages : 45
Date d'inscription : 23/06/2017
Localisation : Thomery

MessageSujet: Re: Le Calendrier Druidique comment ça marche???   Lun 26 Juin 2017 - 23:34

Merci pour ces sources et explications très détaillés.


Revenir en haut Aller en bas
https://ravanchroniken.wordpress.com/
Veigsidhe Karvgwenn
Ami(e) des Mages
Ami(e) des Mages
avatar

Messages : 810
Date d'inscription : 13/04/2016
Localisation : E Breizh emaon o chom buan, rak o gortoz emaon e mervent diouzh Bro C'hall..

MessageSujet: Re: Le Calendrier Druidique comment ça marche???   Jeu 29 Juin 2017 - 17:56

Oui tiens j'ai trouver ça aussi.
Ce sont des repères pour les célébrations avec l'étoile polaire et les autres avec les symboles.





Source: http://spangenhelm.com/blot-disting/


-" L'innocent est celui qui subit le mal, contrairement au juste, qui va au devant d'un mal pour le combattre."   -Sagesse Druidique-
-" Un  boiteux monte a cheval, un manchot garde les troupeaux.  Un sourd fait assaut d'armes et rend service.
   Mieux vaut être aveugle que brûlé, un mort n'est utile a personne." -Hàvamàl : 71-  (l'Edda Poètique)


Dernière édition par Veigsidhe Karvgwenn le Ven 30 Juin 2017 - 9:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
cethis
Ami(e) des Plantes
Ami(e) des Plantes
avatar

Messages : 45
Date d'inscription : 23/06/2017
Localisation : Thomery

MessageSujet: Re: Le Calendrier Druidique comment ça marche???   Ven 30 Juin 2017 - 0:20

Dessiner est vraiment une bonne chose pour expliquer des chose les plus élémentaire depuis la nuit des temps. Merci pour ce partage !


Revenir en haut Aller en bas
https://ravanchroniken.wordpress.com/
Eddy1983
Ami(e) des Fées
Ami(e) des Fées
avatar

Messages : 91
Date d'inscription : 15/06/2017
Localisation : Louchy montfand (allier 03)

MessageSujet: Re: Le Calendrier Druidique comment ça marche???   Ven 30 Juin 2017 - 10:32

Merci pour les explications camarade.
Amicalement
Eddy
Revenir en haut Aller en bas
Veigsidhe Karvgwenn
Ami(e) des Mages
Ami(e) des Mages
avatar

Messages : 810
Date d'inscription : 13/04/2016
Localisation : E Breizh emaon o chom buan, rak o gortoz emaon e mervent diouzh Bro C'hall..

MessageSujet: Re: Le Calendrier Druidique comment ça marche???   Ven 30 Juin 2017 - 12:47

De rien. Si je trouve d'autre site intéressent je vous les posterai (avec les photos)


-" L'innocent est celui qui subit le mal, contrairement au juste, qui va au devant d'un mal pour le combattre."   -Sagesse Druidique-
-" Un  boiteux monte a cheval, un manchot garde les troupeaux.  Un sourd fait assaut d'armes et rend service.
   Mieux vaut être aveugle que brûlé, un mort n'est utile a personne." -Hàvamàl : 71-  (l'Edda Poètique)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Calendrier Druidique comment ça marche???   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Calendrier Druidique comment ça marche???
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Calendrier Druidique comment ça marche???
» GPS comment ça marche ?
» Le double... comment ça marche ? de Jean-Pierre Garnier Malet
» Retenues : comment ça marche?
» Comment ça marche n°26 (Aout 2012)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
l'antre magique des sorcières :: Vie Magique et Spirituelle :: Paganisme :: Théorie :: Druidisme-
Sauter vers: