l'antre magique des sorcières
Bienvenue dans l'univers magique des sorcières !
Merci de vous connecter pour voir l'intégralité de nos forums et les nouvelles réponses.


Forum gratuit d'entraide et communauté païenne francophone.
 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion
Bienvenue sur L'Antre Magique des Sorcières
forum d'entraide et communauté neo pagan francophone

Merci de bien vouloir consulter attentivement et mettre en application les règles de la Charte


Retrouvez-nous aussi sur Facebook !
 

 
Découvrez la liste de nos partenaires dans la rubrique prévue à cet effet dans le tiers inférieur du forum.


CURRENT MOON

Partagez | 
 

 Le 2 Novembre soir du rituel Druidique du Daudrþing

Aller en bas 
AuteurMessage
Veigsidhe Karvgwenn
Ami(e) de l'Antre
Ami(e) de l'Antre
avatar

Messages : 1907
Date d'inscription : 13/04/2016
Localisation : Guiclan/Gwiglann (en Bretagne)

MessageSujet: Le 2 Novembre soir du rituel Druidique du Daudrþing   Sam 20 Oct 2018 - 22:50

Le 2 Novembre soir du rituel Druidique du Daudrþing:

Le 2 Novembre, en Irlande les familles allument une bougie à la fenêtre de leur maison pour guider les âmes des morts sur le chemin du retour chez elles, ses âmes perdus ou en visite annuelle chez les vivants.
Sont appeler "an Anaon" en Bretagne.
Le rituel dit de "Daudrþing" ou "Daudrthing" qui signifie: L'assemblé des Morts. Vient d'une tradition Ecossaise, du a la présence des Nordiques dans les colonies Vikings sur les îles du Nord, Nord-Ouest du pays. Mais je pense que cette célébration et aussi en partie "Chrétienne" ou du a l'influence du Christianisme dans les pays Celtes.
La fête des Trépassés ou des Défunts (2 novembre). Depuis des temps immémoriaux, cette période a été associée à des récits de fantômes, de revenants et de morts. L’Église n’a fait, en instituant la Toussaint, que rependre une ancienne tradition païenne. Au VIIe siècle, la Toussaint, soit la fête de "tous les saints du ciel" était encore célébrée le 13 mai.
Elle fut transférée au 1er novembre en l’an 835. La Fête des Trépassés, le 2 novembre, date (sous sa forme actuelle) de l’an 988.
À l’époque du paganisme, ce moment de l’année était celui où l’on honorait les ancêtres morts et tous les Dieux de la communauté.
Un tradition Irlandaise parle de la venue des "Sluagh" une armée d'esprit des morts et d'esprit féerique tel que les Unsseeli. (les esprits sombres).
La coutume veux qu'on laisse des offrandes de nourritures ou des présents en gage d'hospitalité, la même que les Celtes ont toujours eux pour les vivants.
Daudrthing a plusieurs autres nom, on parle en Gallois de "Bwryd cennad y meinv" (La nourriture pour l'assemblé des morts)
en Breton on parle aussi de " Boued Gouel an Anaon" (La nourriture sacrée pour les Morts).
Cette fête est alors différente de "Noz kala goañv" (Nuit d'hiver) ou "Noz Du" (Nuit noire) = Samhain/Samhuinn.

A savoir que les mois en Breton sont:
Genver =Janvier
C'hwevrer = Février
Meurzh = Mars
Ebrel = Avril
Mae = Mai
Mezheven, Even, ou Foen = Juin
Gouerelen, ou Gouere = Juillet
Eost = Août
Gwengolo, Gouel-Mikel = Septembre
Here ou Henderoal = Octobre
Du, ou Kala gouiañv = Novembre
Kerzhu, Du, ou An Avent = Decembre


En Breton cette fête est aussi appeler: "Hollsent" = Toussaint, ou "Gouel an Hollsent" = le sacré de la Toussaint.
Donc dans le nom de cette fête on retrouve des similitudes avec le nom en Gaélique "Samhain" qui veux aussi dire "Novembre" en Irlande.

En Bretagne on laissaient de la nourriture pour la venue des défunts sur la table.
En Irlande dans le Gaeltacht (territoire de Langue Gaélique) les familles du pays gardaient une "Seomra Thiar" (Chambre de l'Ouest).
Au coucher du soleil la famille se tournait solennellement vers le soleil couchant, et passait du temps à chérir leur souvenir. On allumait une chandelle pour chaque âme, et toute la famille s'asseyait autour de la table d'un festin en l'honneur des disparues de la famille.

Vous pouvez dresser un autel pour vos Morts:

Vers l'Ouest, recouvrer le d'une nappe noire, disposez des souvenirs des parents ou amis qui vous ont quitter.
Mais ça peut être des photos ou des objets personnel (comme pour votre célébration de Samhain le 31 Octobre)
Prenez un moment pour faire un petit rituel et vous souvenir, allumez des bougies, disposez des offrandes, au couchez du soleil allumez des bougies et de l'encens, remplissez une corne d'hydromel ou de bière (ou un calice) et dites (ce texte rituel, ou un de votre propre création):

"-Dans les brumes Nordiques mes ancêtres redoutaient d'entendre les cris surnaturel des oies sauvages, en Ecosse ils pensaient que c'étaient les glapissements des Esprits chasseurs spectraux, des créatures vampiriques de la mythologie viking: les Draugur ou Draugar.
Aux jours sombres de Samhuinn Oidhche ou Noz Kala Goañv.
C'est encore cette période de l'année si indécise, si froide, si vénéneuse.
Mes Ancêtres savaient que du silence obscur viennent les chuchotements des nouveaux commencements.
Des fêtes et des banquets étaient prévus pour entrer dans la saison sombre.
J'ai allumé sur mon Hörgr (ou Autel) et sur mon Clan le feu sacré de neuf bois de la sagesse, l'amour et le pouvoir.
Le feu sacré brûle en nous.
Je me rappelle que les Anciens Druides commémoraient le commencement du Cycle nouveau, avec un Feu sacré, un bon Feu lumineux sur la colline de Tlachtga.
Ici par ce Feu je commémore, le soleil mourant qui est avalé par les longues Nuits, les prés verts de l'été qui sont a présent glacés, de gris, de bruns et tout désséchés.
Dans les bois Druidiques, les chênes et les hêtres voyent leurs feuilles tombés à terre, et les animaux qui se préparent au sommeil de l'hiver.
L'armée des Sluagh traverse ma contrée et je leur dois l'hospitalité, des offrandes, des libations."


Faire une libation et dites une des phrases suivante (en Breton ou en Gaélique Ecossais):

-"Bouel gouel an Anaon!"
-"Biadh fèill na marbh!"


(La nourriture pour les Morts!)


ensuite dire la prière suivante (inspirer d'une prière Druidique de Bretagne) ou une autre écrite pas vos soins:

"-Je marche sur cette terre aux portes de l'hiver, aux temps de brouillard où j'honore tous mes ancêtres.
Ancêtres de sang, de sol, de tradition.
Ancêtre de coeur, de clan, de profession.
Vous qui nous avez précédé sur le chemin de la vie, de l'esprit, de l'awen, de l'amour et de la Druidité.
Recevez mon hommage, entendez nos paroles et goûtez a nos offrandes.
Laissez derrière vos regrets, vos peurs, vos souffrances, et vos attachements.
Voyez se dessiner devant vous la lumière du palais d'Odin, de la terre des Dieux, du Sidh et d'Asgard.
Baignée de paix, d'amour et de sérénité.

Dans la nuit froide, j'entend le loup et les hantises effrayantes du mois de Samhain.
J'entend le Aptgangr (celui qui marche après la mort) et le Afturganga (celui qui avec sa dent déchire la nuit)
Ils hurlent aux confins du monde, au coeur des ténébres.

Mais je suis Druide(sse) alors j'allume une flamme sous la lune et la nuit déchirée.
J'honore la joie et la paix, car là se trouve le terreau de la force, des conseils, de la confiance.
Que les Ancêtres et les Dieux nous accordent pour poursuivre notre chemin de vie, de Druidité au cour du Monde...

En ce temps de Brouillard où nous passons la rivière hivernale pour gagner la rive de la saison sombre, du recueillement souterrain et de la nécessaire introspection du Druide qui marche sur la montagne, ou dans les bois.

J'ai besoin de vous ô Dieux! ô Déesses!
Venez ici, ailleurs, partout.
Je vous remercie pour vos dons!

Ô Dieux Anciens! Ô Ancêtres!

Ancêtres! Cheminons ensemble vers la lumière au coeur du brouillard d'hiver.
Ancêtres! Soyez nos guides, nos gardiens, nos justes protecteurs.

Ancêtres et Draugar! Soyez en paix...

Je déclare être en paix avec mes origines. En paix avec mes Ancêtres, mes Dieux et mes racines.
En paix avec ma lignée, en paix avec les hommes.
En paix avec le passé et ma mémoire.
En paix avec les Draugar.

Je rend hommage aux Ancêtres, de mon sang et de ma terre. Et je prie pour les défunts et les autres Esprits.
Et que cette paix soit sur nous!"

Consacrer les offrandes et dites:

"-Chers Ancêtres, chers Dieux, et puissants Draugar, ces offrandes sont pour vous!"


Brandissez une corne a boire (ou un calice) plein d'hydromel ou de bière et dites:

"-Je bois à nos douces et tendres retrouvailles!"

(boire en hommage).




" L'innocent est celui qui subit le mal, contrairement au juste, qui va au devant d'un mal pour le combattre. "
- Sagesse Druidique-

" Un boiteux monte à cheval, un manchot garde les troupeaux. Un sourd fait assaut d'armes et rend service.
Mieux vaut être aveugle que brûlé, un mort n'est utile à personne.
"
- Hàvamàl : 71 (l'Edda Poétique) -

Revenir en haut Aller en bas
http://templedraoidh2900druidviking.blogspot.fr/
Eddy1983
Ami(e) de la Forêt
Ami(e) de la Forêt
avatar

Messages : 361
Date d'inscription : 15/06/2017
Localisation : Louchy montfand (allier 03)

MessageSujet: Re: Le 2 Novembre soir du rituel Druidique du Daudrþing   Mar 23 Oct 2018 - 20:49

Merci pour le partage l'ami
Revenir en haut Aller en bas
Veigsidhe Karvgwenn
Ami(e) de l'Antre
Ami(e) de l'Antre
avatar

Messages : 1907
Date d'inscription : 13/04/2016
Localisation : Guiclan/Gwiglann (en Bretagne)

MessageSujet: Re: Le 2 Novembre soir du rituel Druidique du Daudrþing   Mar 23 Oct 2018 - 22:54

De rien, je suis content de le faire, mais j'ai un doute je me demande si je ne l'avais pas déjà poster l'an dernier ?? Mais je ne l'ai pas retrouver alors peut être pas ? Mais Avy a déplacer des sujets que j'avais poster. J'ai écrit plein de choses a un moment, des sujets sur le druidisme, les rituels et tout le reste...


" L'innocent est celui qui subit le mal, contrairement au juste, qui va au devant d'un mal pour le combattre. "
- Sagesse Druidique-

" Un boiteux monte à cheval, un manchot garde les troupeaux. Un sourd fait assaut d'armes et rend service.
Mieux vaut être aveugle que brûlé, un mort n'est utile à personne.
"
- Hàvamàl : 71 (l'Edda Poétique) -

Revenir en haut Aller en bas
http://templedraoidh2900druidviking.blogspot.fr/
Panthera
Ami(e) des Mages
Ami(e) des Mages
avatar

Messages : 519
Date d'inscription : 28/01/2017
Localisation : Alpes-Maritimes/MENTON

MessageSujet: Re: Le 2 Novembre soir du rituel Druidique du Daudrþing   Mer 24 Oct 2018 - 0:10

Toujours très intéressant Veigh après pour ce rituel des bougies, je le fais directement le 31 Octobre par habitude.

La prière par contre pour honorer les Divinités et les défunts est sublime, je vais la garder ^^. Merci.

Que sont les  Draugar par contre ? Les défunts qui ne sont pas de notre famille de sang c'est sa ?
Revenir en haut Aller en bas
Veigsidhe Karvgwenn
Ami(e) de l'Antre
Ami(e) de l'Antre
avatar

Messages : 1907
Date d'inscription : 13/04/2016
Localisation : Guiclan/Gwiglann (en Bretagne)

MessageSujet: Re: Le 2 Novembre soir du rituel Druidique du Daudrþing   Mer 24 Oct 2018 - 0:55

Je fait aussi des rituels pour les morts et les Dieux le soir du 31 Octobre Panthéra ...
La c'est un rituel qu'on retrouve dans certain coin des pays celte comme j'en parle plus haut un repas pour les morts (en fait c'est des offrandes et un soupé) ça peut ressemblé a un Symbel (ou Sumbl) un rituel pour les défunts dans les traditions Nordiques a la date de la mort du défunt qu'on invoque par un "Drekka mimir at 'prénom de la personne'" (soit : "je boit en la mémoire de 'untel ou unetelle'")
De faite cette célébration a donner notre "Gouel an Anaon" ou "Bouet gouel an Anaon" en Bretagne, il y a un livre qui en parle bien aussi dans un passage qui décrit ce rituel c'est le "Vivre la tradition celtique au fils des saisons" écrit par Mara Freeman.
Un Daugr ou Draug (Draugar c'est au pluriel ou en Islandais "Draugur") dans les Sagas on en trouve deux sorte le Aptgangr (celui qui marche après la mort) et le Afturganga (celui qui a laide de sa dent déchire la nuit) c'est un mort qui revient et qui marche a la lumière du crépuscule, (les noms sont très évocateurs et fond bien penser a l'hiver) c'est décrit dans certaines Sagas Nordiques comme des sortes de zombie qu'on doit enfermé dans leur tumulus pour qu'ils n'en ressort plus. Faudrait que je me replonge dans mes livres et l'Edda pour retrouver le passage exacte je crois si je me rappel bien que c'est dans le Beowulf, Beowulf (ou en Norrois "l'Ours de miel", ou "l'Ours dorée") c'est un Guerrier berserker qui combat plusieurs montres, dons des créatures marines, un dragon et un troll nommé Grendel et il combat des Draugar dans un passage si ma mémoire et bonne. faut que je relise cette saga. Je sais que J.R.R Tolkien c'est inspirer de lui pour son personnage de "Beorn" dans son roman "le Hobbit". Dans certains rituel on utilise parfois le terme Outdwellers employer pour les entités négatives (Odin l'a déjà employer avec moi), pour les esprits et les créatures de Uthgard (les terres éxtérieurs de la désolation, les géants et les hommes néfastes ainsi que les Draudar) Il y a des personnes aussi qui dans le folklore Ecossais fond le liens avec Dwergar ou Dwerger (la ce sont des Nains, comme les Korrigans en Bretagne ou les Lépreuchaunes en Irlandes).
Sur les îles du Nord comme les Orkney les conteurs utilise encore le terme Draugr pour parler des morts dans les légendes. Alors j'ai repris ce terme pour recrée ce rituel a ma façon et le partager.

Tu peut évidemment adapter a ta sauce, c'est le plus important. Si tu cherche des bénédictions ou des truc sur Samhain j'en ai écrit plein que je n'ai pas partager sur le net. Si un jour tu a besoin.


" L'innocent est celui qui subit le mal, contrairement au juste, qui va au devant d'un mal pour le combattre. "
- Sagesse Druidique-

" Un boiteux monte à cheval, un manchot garde les troupeaux. Un sourd fait assaut d'armes et rend service.
Mieux vaut être aveugle que brûlé, un mort n'est utile à personne.
"
- Hàvamàl : 71 (l'Edda Poétique) -

Revenir en haut Aller en bas
http://templedraoidh2900druidviking.blogspot.fr/
Veigsidhe Karvgwenn
Ami(e) de l'Antre
Ami(e) de l'Antre
avatar

Messages : 1907
Date d'inscription : 13/04/2016
Localisation : Guiclan/Gwiglann (en Bretagne)

MessageSujet: Re: Le 2 Novembre soir du rituel Druidique du Daudrþing   Jeu 25 Oct 2018 - 13:54

Quelque sources sur les Draugar:




Sur la page wikipedia tu trouve ça au sujet des Draugar

"-Les Draugar possèdent une force surhumaine, peuvent augmenter leur taille à volonté et portent la puanteur indubitable de la pourriture. Selon Gregg Smith, "l'apparence d'un dragueur était celle d'un cadavre: gonflée, noircie et généralement hideuse à regarder".
Ce sont des morts-vivants de la mythologie nordique et islandaise qui semblent conserver un semblant d'intelligence. Ils existent pour garder leur trésor, causer des ravages sur les êtres vivants ou tourmenter ceux qui leur ont fait du tort dans la vie. La capacité du draugr à augmenter sa taille a également augmenté son poids, et le corps du draugr a été décrit comme extrêmement lourd. Thorolf de la saga Eyrbyggjaétait "non corrompu, et avec un air laid, gonflé à la taille d'un boeuf", et son corps était si lourd qu'il ne pouvait pas être soulevé sans leviers.
Ils sont également connus pour leur capacité à sortir de la tombe en fumée et à "nager" à travers un rocher solide.

Dans le folklore, les draugars massacrent leurs victimes par divers moyens, notamment en les écrasant avec leurs formes élargies, en dévorant leur chair, en les dévorant entiers en leurs formes élargies, en les tuant indirectement en les rendant fous et en buvant leur sang. Les animaux qui se nourrissent près de la tombe d'un draugr pourraient être rendus fous par l'influence de la créature.
Ils peuvent également mourir d'avoir été rendus fous. Thorolf, par exemple, a causé la mort d'oiseaux quand ils ont survolé sa brouette.

Les victimes du draugr ne se sont pas limitées à des intrus dans son domicile. Les morts-vivants errants ont décimé le bétail en le faisant mourir, soit en le chevauchant, soit en le poursuivant sous une forme hideuse et à demi écorchée. Les devoirs des bergers les gardaient dehors la nuit, et ils étaient particulièrement visés par la faim et la haine des morts-vivants:

Les bœufs qui avaient été utilisés pour transporter le corps de Thorolf ont été montés à mort par des démons, et chaque bête qui s'approchait de sa tombe est devenue folle et a hurlé jusqu'à mourir.
Le berger de Hvamm revenait souvent à la maison avec Thorolf après lui. Un jour de l'automne, ni mouton ni berger ne sont revenus à la ferme.

Les draugars sont réputés pour leurs nombreuses capacités magiques (appelées trollskap ) qui ressemblent à celles des sorciers et des sorciers vivants, telles que le changement de forme, le contrôle des conditions météorologiques et l'observation de l'avenir.
Un draugr peut se transformer en phoque, un grand taureau écorché, un cheval gris au dos cassé mais sans oreilles ni queue, et un chat qui s’asseyait sur la poitrine d’un dormeur et devenait de plus en plus lourd jusqu’à la victime a suffoqué.
Le draugr Þráinn (Thrain) transformé en une créature ressemblant à un chat (kattakyn ) dans la saga Hrómundar Gripssonar :

Puis Thrain se transforma en troll , et le tumulus était rempli d'une horrible puanteur; et il planta ses griffes dans la nuque de Hromund, déchirant la chair de ses os.

Les Draugar ont la capacité d'entrer dans les rêves des vivants et ils laisseront souvent un cadeau derrière eux afin que "la personne vivante puisse être assurée de la nature tangible de la visite".
Les Draugar ont également la capacité de maudire une victime, comme le montre la saga Grettis , où Grettir est maudit de ne pouvoir devenir plus fort. Draugar a également provoqué des maladies dans un village et pourrait créer une obscurité temporaire pendant la journée. Ils préféraient être actifs la nuit, même s'il ne semblait pas vulnérable à la lumière du soleil, contrairement à d'autres revenants. Draugr peut également tuer des personnes malchanceuses. [...]"


Source: https://en.wikipedia.org/wiki/Draugr

sur Beowulf:
https://fr.wikipedia.org/wiki/Beowulf





Les Draugar:

"-le Draugr ( prononciation "Daw-gr")
Variation: Aptgangr ("celui qui marche après la mort"), Aptrgangr, Barrow Dweller, Gronnskjegg, Haubui, Haugbui ("Dormant dans le tertre")
Le draugr est un type de revenant vampirique venant d'Islande. Son nom est dérivé du mot indo-européen dreugh , qui signifie "tromper" ou "endommager". La traduction littérale plus moderne du mot draugr signifie "post-partisan" ou "celui qui marche dans la mort", mais est généralement considérée comme désignant un type de créature mort-vivant (voir undeath). Il existe deux types de draugr, ceux de la terre et ceux de la mer (voir Drauger sea).
Land draugr sont créés lorsqu'un homme très gourmand et riche est enterré dans un tumulus avec tous ses biens. Pour éviter cela, la tradition veut que l'on place une paire de ciseaux de fer sur la poitrine ou sur la paille en travers du linceul. De plus, par mesure de précaution, il est sage d'attacher les gros orteils du défunt afin que les jambes ne puissent pas bouger. En guise de dernière précaution, des épingles sont enfoncées dans le pied pour l'empêcher de se lever et de marcher où que ce soit, ce serait trop pénible de le faire.
Un draugr garde jalousement ses trésors et s'attaque violemment à quiconque pénètre dans sa tombe. Il utilise sa force surnaturelle pour les écraser à mort ou les étrangler avec ses mains nues. Il est imperméable à tous les armes banales et quelques histoires disent qu'il peut même augmenter sa taille deux à trois fois. Certains draugr sont capables de quitter leur tombeau et de s’égarer dans la nuit avec l’intention d’écraser ou de déchirer toute personne qu’ils rencontrent. Si vous en rencontrez un, une femme âgée doit lui jeter un bol de son propre urine pour le chasser.
En plus de ses capacités physiques, un draugr possède également une panoplie de capacités magiques. Il peut contrôler le temps, se déplacer librement dans la pierre et la terre et voir dans le futur. Il peut également prendre la forme d'un chat, d'un grand taureau écorché, d'un cheval gris sans oreilles ni queue et d'un dos cassé, ainsi que d'un phoque. Sous sa forme de chat, il va s'asseoir sur la poitrine d'une personne, devenant de plus en plus lourd jusqu'à ce que la victime soit asphyxiée, comme le ferait peut-être l'Alp en Allemagne.
La peau du draugr est décrite comme étant soit hel-blar ("bleu mort"), soit "Fear Na foir" ( en Gaelique "cadavre pâle"). Ça sent comme un cadavre en décomposition, même si, même après de nombreuses années, il ne montre aucun signe de décomposition. Il conserve la personnalité et tous les souvenirs de la personne qu'il était. Il aspire à tout ce qu'il a dans la vie - de la nourriture, des êtres chers et de la chaleur, mais incapable de le faire, il détruit des biens et tue le bétail et les personnes. Le seul plaisir qu'il a dans la mort est pris à travers sa violence.
Après l'introduction du christianisme, le draugr a été détruit s'il était exhumé et enterré dans un cimetière chrétien ou si une messe avait été dite. En outre, brûler le corps en cendres le détruirait. Cependant, la méthode traditionnelle de destruction d'un draugr doit être prise en charge par un héros, qui le défait au combat à mains nues, le soumettant à la soumission et décapitant ensuite la créature. Certains récits traditionnels disent qu'après la décapitation, le héros doit ensuite marcher trois fois autour de la tête ou du corps. D'autres histoires disent qu'un pieu doit également être enfoncé dans le corps sans tête. De plus, l'épée utilisée dans la décapitation doit être une sorte d'épée ancestrale, spéciale ou magique; généralement, cette épée est déjà dans la tombe quelque part dans le trésor du trésor du draugr.
Certains érudits ont supposé que le monstre Grendel du poème épique héroïque Beowulf était un draugr. Les dragons et les dragons peuvent également être interchangeables dans certaines histoires, car ils sont tous deux des gardiens avides de trésors gardés dans une chambre souterraine; ils agissent violemment lorsqu'ils sont motivés par la cupidité ou l'envie; ils changent de forme; et ils étaient tous deux assez importants pour être christianisés lorsque les temps ont changé.
L'histoire la plus ancienne et la plus connue d'un draugr est celle de Glam de la saga Grettis . Après sa mort, Glam devint draugr, tuant de nombreux hommes et du bétail. Il a été vaincu par Grettir, le héros des hors-la-loi, lors d'un match de lutte. Grettir décapita rapidement la créature et brûla le corps en cendres. [...]"

Source: Chadwick, Folklore, vol . LVIL, 50 65; Grimm, Mythology Teutonic , page  915; Houran, du chaman au scientifique , 103; Marwick, folklore des Orcades et des Shetland page 40

The heritage of Scotland:

"-Un large éventail de créatures surnaturelles habitait l'Ecosse. Parfois, des termes tels que fée ou trow sont utilisés de manière interchangeable; dans certaines histoires, une créature sera désignée par le premier dans une phrase, et le second dans la suivante. Il existe toutefois quelques histoires dans lesquelles les caractéristiques, les comportements et les apparences de ces créatures diffèrent les unes des autres, bien qu'ils prennent tous racine dans le "draugr" norvégien. Plus qu'un simple fantôme ou esprit, le draugr était l'un des morts-vivants, résidant en dehors de son tertre funéraire et libre d'errer à volonté dans le monde des vivants. Des histoires de Draugr mélangées à des histoires indigènes sur les esprits espiègles et voleurs d’enfants qui habitaient dans les nombreuses collines des îles, produisant le trow archétypal.

Les Trows avec un Changeling:
Le trow est peut-être la créature la plus célèbre du folklore écossais. Créatures courtes ressemblant à des trolls, les truelles sont à la fois timides et malicieuses. Leur apparence grotesque est confirmée par certains des noms qui leur sont attribués, tels que Trencher Face et Bannock Feet.
Comme les fées, les trows vivaient dans des monticules de terre appelés trowie knowes, de grandes salles magiques ornées d'or, d'argent et d'autres métaux précieux. Pendant la journée, les truelles dansaient et faisaient de la musique tout en mangeant de la bonne nourriture et des boissons.
Ils ne s'aventuraient en dehors de leurs habitations que le soir, se glissant souvent dans les foyers alors que ses habitants dormaient pour se livrer à leur habitude de voler des nouveau-nés.

On pensait que la progéniture des trows était de petites choses maladives et maladives. Pour cette raison, les truans s’efforceraient d’échanger leurs bébés contre des enfants en bonne santé. Le folklore changelin est répandu dans toute l'Europe, enraciné dans la nécessité d'expliquer pourquoi certains enfants n'ont pas réussi à se développer normalement. Les parents d'un enfant présentant une anomalie mentale ou physique ne pouvaient que supposer que l'enfant ne leur appartenait pas du tout, mais était plutôt un changelin: une créature engendrée par une créature surnaturelle, telle qu'un trow, un elfe ou une fée et ensuite secrètement échangé contre l’enfant humain. Plutôt que de simples contes de fées, les légendes du changeling étaient souvent des superstitions actives: pour les familles anciennes, un enfant né avec ce qui serait aujourd'hui diagnostiqué comme étant un autisme, par exemple, était expliqué comme un changeling.

L'idée changeante a également empêché les parents de créer des liens avec l'enfant mal formé, car il était supposé être une créature d'origine non naturelle plutôt que leur propre progéniture.Les sources folkloriques suggèrent que ces enfants ont souvent subi de graves abus physiques alors que les parents tentaient de les exposer comme un changeling selon les rites populaires. Dans la plupart des histoires folkloriques, les parents sont récompensés pour avoir maltraité l'enfant changelin, car les parents d'un autre monde semblent souvent sauver le changeling de l'abus et lui rendre l'enfant mortel volé. Ces fins de réalisation de souhaits ont servi d'espoir optimiste à une époque marquée par des malformations congénitales et des maladies débilitantes chez le nourrisson.

Cependant, les histoires ne sont pas toujours aussi heureuses. Alors que l'enfant du changeling est généralement chassé ou tué, l'enfant d'origine n'est pas toujours renvoyé. Les récits qui excluent le rétablissement sûr de l'enfant légitime reflètent authentiquement des aspects douloureux de la vie dans l'Europe préindustrielle. La famille paysanne pourrait rarement subsister sans la contribution de chaque membre; un membre qui consommait de façon permanente les ressources de la famille plutôt que d'y contribuer rendait la vie plus difficile pour tout le monde. Les histoires de changeling mettent souvent en évidence l'appétit vorace des changeling, une indication que les parents du malheureux enfant considéraient son existence continue comme une menace pour la subsistance du reste de la famille. Plus que servir à expliquer les malformations congénitales,

Auparavant, les comptes de changeling circulaient dans les villes et les villages des îles britanniques.

Lisez des informations sur certains comptes historiques en ligne.
Veuillez noter que ce lien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre ou un nouvel onglet.

Les Trows couper le maïs(ou des céréales):
Les nourrissons n'étaient toutefois pas les seuls à devoir être protégés des trows. Contrairement aux fées, ces créatures ont également enlevé des adultes, éloignant les malheureux mortels de leurs foyers cachés au plus profond de la terre. Les personnes les plus vulnérables étaient les nouveaux mariés et les femmes enceintes. La menace d'enlèvement à la corbeille était si grande dans les Orcades, par exemple, que ses habitants ont mis au point des rituels folkloriques élaborés pour protéger les futures mariées et les futures mariées, et s'attendre à ce que les femmes soient les bienvenues. Ceux qui parcouraient les îles se protégeaient des bandes de trows errants en portant des couteaux en métal avec lesquels ils pouvaient se gratter les cercles dans le sol, car ils étaient impuissants à franchir une ligne tracée à la lame d'acier ou de fer.

Célèbres pour leur amour du violon musical, les trows étaient également connus pour attirer les musiciens dans leurs tanières et les y piéger. Un élément commun à tous les récits concernant les violoneux et les truands est que les violoneux, à leur retour dans le royaume des mortels, n’avaient aucune idée du temps écoulé; souvent, ils croyaient n'avoir passé qu'une journée dans les couloirs du trows, alors qu'en réalité une année entière s'était écoulée. Certains airs joués à ce jour autour des îles écossaises sont connus sous le nom de "Fairy Reels", des chansons qui auraient été enseignées aux truands qui ont visité leurs tanières.

Vous trouverez plusieurs histoires de true sur le site Orkneyjar.com.
Veuillez noter que ce lien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre ou un nouvel onglet.

À mesure que le christianisme s'est répandu dans les îles britanniques, le folklore s'est adapté pour refléter l'évolution de la culture. Les créatures surnaturelles de l’ancienne ont assumé des rôles plus malveillants alors que la nouvelle religion repoussait les croyances païennes. Par exemple, les fées du folklore écossais ne sont pas les nymphes bénignes à ailes de mégère de la tradition populaire. Rejetés du ciel parce qu'ils ne participaient pas à la bataille entre Lucifer et Saint Michel Archange, les petites créatures de la légende écossaise devinrent agressives et querelleuses sur la terre. Quand ils ne se chamaillaient pas et ne se battaient pas entre eux, les fées provoquaient la destruction du monde humain en attaquant les gens et en infligeant la maladie au bétail. Une vache ou un mouton tombé malade aurait été touché par une flèche de fée, et le fermier consulterait le guérisseur local - une femme dotée de tous les pouvoirs surnaturels d'une sorcière mais sans aucune malveillance - pour obtenir un remède. Les fées étaient aussi connues pour voler des chevaux mortels; On trouverait ces créatures haletantes et fatiguées le lendemain matin dans leurs stalles, la queue et la crinière ébouriffées et emmêlées. Parfois, l'animal sur lequel une fée était montée devenait affligé d'une paralysie de la colonne vertébrale.

Les Fées du pré:
Une race minuscule de belles créatures souples, les fées habitent les intérieurs de collines vertes coniques, appelées monts de fées. La nuit, ils dansent sur la colline à la lumière de la lune, laissant sur sa surface des cercles d'herbe emmêlée et jaunie. Malheur à la personne qui s'est endormie dans un monticule de fées! Les voyageurs veilleraient à se protéger avec une sorte de charme ou à effectuer un rite cérémonial afin d'éviter de déplaire aux fées lorsqu'ils traverseraient leurs demeures. Il y a une source sur une montagne dans le Peeblesshire, par exemple, appelée le puits à fromage. Les passants ont été invités à jeter un morceau de fromage dans le puits en guise d'offrande aux fées, à qui le puits a été consacré, afin d'éviter toute malédiction.

Mais toutes les créatures n'ont pas vécu pour terroriser les humains. Le petit Brownie au look sauvage n'avait rien de la grâce ni de la beauté des fées, mais il était aussi beaucoup plus bénin qu'ils ne l'étaient. Le jour, les Brownies se cachaient dans les recoins reculés des vieux manoirs qu'ils habitaient, ne sortant que la nuit. Pendant que la famille était endormie, les Brownies s’occupaient de tâches ménagères ou de travaux agricoles qui pourraient leur être bénéfiques, effectuant ces tâches avec diligence et bravoure.
Non pas qu'ils aient consacré leur vie au service des mortels pour des raisons désintéressées; Les brownies sont restés consacrés à la récompense du lait, du miel et du porridge. Leur attachement à cette récompense était tellement grand que, si le laird ou la maîtresse de maison manquait à le lui donner une seule fois, le Brownie disparaîtrait dans une autre maison et ne reviendrait plus jamais.[...]

Sur un site des îles Orkney:
[...]
Le terme "troll" est un terme général pour décrire un certain nombre d'êtres surnaturels et qu'il puisse être appliqué aux trows d'Orkney, il n'explique pas l'évolution de "troll" en "trow".

Au lieu de cela, il y a un indice flagrant.

Cela ne réside pas seulement dans la prononciation orcadienne de "trow", mais aussi dans un autre mot maintenant pratiquement perdu pour le dialecte nordique Orcadien - "drow".

Pendant des années, l'attachement des folkloristes au troll norvégien en tant que précurseur du trow m'a semblé étrange - d'autant plus que nous avons déjà une entité de la tradition scandinave avec un nom et des attributs identiques au trow Orcadien.

Pour le véritable prédécesseur du Trow, je crois que nous devons nous tourner vers la créature qui habite le monticule dans la tradition nordique, appelée "Draugr".

Le dictionnaire islandais définit "Draugr" comme étant un fantôme ou un esprit; surtout l'habitant mort d'un cairn. Mais cela donne une fausse impression de la créature.

Le Païen Nordique croyait qu'un corps placé dans sa tombe continuait à vivre.
Le terme que nous utiliserions aujourd'hui serait "morts-vivants" et, à peu près de la même manière que le Hogboon , le Draugr restait généralement dans son cimetière, mais était libre de partir et de errer parmi les vivants à sa guise.

Dans le même ordre d'idées, nous établissons un lien évident entre les Trows et les anciennes croyances concernant les esprits des morts.[...]"


Sources:
http://www.windsorscottish.ca/ed-folk-land.php
http://www.orkneyjar.com/folklore/trows/draugr.htm


" L'innocent est celui qui subit le mal, contrairement au juste, qui va au devant d'un mal pour le combattre. "
- Sagesse Druidique-

" Un boiteux monte à cheval, un manchot garde les troupeaux. Un sourd fait assaut d'armes et rend service.
Mieux vaut être aveugle que brûlé, un mort n'est utile à personne.
"
- Hàvamàl : 71 (l'Edda Poétique) -



Dernière édition par Veigsidhe Karvgwenn le Ven 26 Oct 2018 - 13:03, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://templedraoidh2900druidviking.blogspot.fr/
Panthera
Ami(e) des Mages
Ami(e) des Mages
avatar

Messages : 519
Date d'inscription : 28/01/2017
Localisation : Alpes-Maritimes/MENTON

MessageSujet: Re: Le 2 Novembre soir du rituel Druidique du Daudrþing   Jeu 25 Oct 2018 - 15:11

Merci Veigh ^^.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le 2 Novembre soir du rituel Druidique du Daudrþing   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le 2 Novembre soir du rituel Druidique du Daudrþing
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sort et rituel druidique
» Les sites sur le 5 novembre 1990
» Le Hérault dans un rituel
» rituel du soir qui s'éternise pour mon garçon de 2ans 1/2
» Samain (1er novembre)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
l'antre magique des sorcières :: Vie Magique et Spirituelle :: Paganisme :: Théorie :: Druidisme-
Sauter vers: